©fc

Inch’Allah

« S’il m’arrivait un jour – et ça pourrait être aujourd’hui – d’être victime du terrorisme »…ainsi commence le sublime Testament spirituel de Christian de Chergé, moine de Tibhirine, assassiné en 1996. Il y a là un début de réflexion que, vingt ans plus tard, nous pourrions malheureusement tous reprendre à notre propre compte : le terrorisme fondamentaliste continue de frapper de manière impitoyable et chronique, comme une maladie. Alors que faire ? Comment réagir face à l’innommable ? La réponse apportée à ces questions par la communauté de Saint-Merry est celle du chœur en action : « Et si on chantait de toutes les couleurs ? On va faire danser les corps et les cœurs. Si on est tous ensemble, ça nous suffira. Si nos voix se rassemblent, on nous entendra ! » (paroles extraites de la chanson Inch’Allah, de Grand Corps Malade). La « Nuit sacrée » est un moment de partage fraternel, un souffle d’ouverture, par le chant et la musique. C’est un moment de coexistence active ; concept développé par le mouvement interconvictionnel « Coexister » (partenaire de la « Nuit sacrée ») et défini comme un modèle interactif dans lequel vivre ensemble dépend des différences : la cohésion sociale est alors créée non plus « malgré » mais « grâce » aux différences…c’est un savant dosage entre l’identité et l’altérité !
Voilà de quoi ressourcer ma foi en Toi, mon Autre, mon Semblable, ma foi en nous.
Merci à tous, communauté de Saint-Merry et frères en humanité.

Sandra March

Billet du dimanche 4 juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *