Jacques Mérienne et la Nuit Blanche 2014

« Un artiste, un lieu, une foule de passants nocturnes… pour viser le cœur ».
Pierre de Grauw Job Révolté
Pierre de Grauw Job Révolté

« Un artiste un lieu une foule de passants nocturnes… pour viser le cœur« .
C’est ainsi que Jacques Mérienne résume l’événement pour les rédacteurs de la Lettre d’info.

Lettre d’info : Quel est principe de la Nuit Blanche à Saint-Merry ? Quels ingrédients ? La Nuit blanche 2014 à Saint-Merry répondra aux mêmes principes que les années précédentes : il s’agit de confier à UN artiste UN lieu pour y accueillir UNE foule de passants nocturnes. Pour une belle NUIT BLANCHE il faut ces trois unités et tous ces ingrédients intégralement. Sinon la soupe est fade. Et surtout ne pas en ajouter pour récupérer l’événement (du genre » il faudrait « donner un tract pour présenter le CHPB », « à quoi ça sert si on n’en profite pas pour parler de Jésus », etc… en plus naïf ou en plus sophistiqué), sinon la soupe est amère. Lorsqu’on veut en rajouter une couche c’est qu’on ne fait pas confiance à l’hospitalité de l’artiste, ni à celle de l’église (construite pour ça), ni au désir des passants de découvrir de l’inconnu. On oublie que l’Esprit travaille au cœur de l’homme et non à sa surface. À Saint-Merry, nos Nuits Blanches visent le cœur, depuis le mur de chaises de Hugo (2005) jusqu’aux misères lucioles de Pascale (2013). L’évangélisation par surcouche ne vient pas de l’Evangile, pourquoi pas une couche de vitrificateur pendant qu’on y est ?

Lettre d’info : Pourquoi ce choix de Pierre de Grauw dont  « le Christ aux outrages » fascine les passants dans l’église ?
Pierre de Grauw est le premier artiste contemporain invité à habiter Saint-Merry par Xavier de Chalendar, il y a donc un peu moins de quarante ans. Il s’en souvient, et le Christ assis aussi. Savez-vous à quoi on reconnaît une bonne statue ? Quand on la place au milieu de la nef elle n’est pas écrasée, rapetissée, ridiculisée, mais au contraire elle s’empare de l’espace, le gonfle, le vivifie. Lorsque nous avons déposé JOB dans la nef, la grande porte ouverte, immédiatement deux fois plus de passants sont entrés. Venez voir !

Lettre d’info : Tu t’es entouré encore une fois d’une belle équipe !
En effet. Aux côtés de Pierre de Grauw, sculpteur, et Fabien Nicol Alea, compositeur, toute une équipe pour les interventions musicales et chorégraphiques en direct autour de Achille, Coline et Max Aubry, avec Frédéric Blondy. Pour la scénographie et la régie technique également toute une équipe autour de Baptiste Jox et Thomas Monnier, pour la restauration des statues Marguerite Lantz, pour la vidéo Anne Galland et Julien Colardelle, et pour l’accueil du public, Philippe Pépin

Lettre d’info : Sur le plan pratique, comment se déroule la soirée ?
La Nuit Blanche est par excellence un événement du seuil, au cœur de la pratique du CPHB. L’événement est profane, accueillir une foule pouvant atteindre 20.000 personnes, mais nous le portons en tant que communauté chrétienne libre. Venez servir le café (ou envoyez des gâteaux), venez vous attabler pour discuter avec des inconnus, passer un moment chez vous sans reconnaître que c’est chez vous parce que cela ne vous appartient plus. Cela commence à 20 heures samedi soir et, si tout se passe comme les années précédentes, se termine vers 3 heures. Durant cette Nuit profitez-en pour aller visiter d’autres lieux, ils sont nombreux.
Venez, vous –aussi, écouter la révolte de JOB, mise en musique par Fabien, relayée par des chanteurs, musiciens et danseurs. Venez vous révolter avec nous contre ce monde dont on ne veut plus, pas contre ceci ou cela, mais contre tout, une bonne fois. JOB n’a pas franchi la ligne rouge, il ne s’est pas révolté contre Dieu, mais il n’a pas mâché ses mots. Ces mots c’est Dieu qui les a mâchés et en a fait la chair qui est notre nourriture à tous, à tous les hommes

Si vous avez manqué la passionnante et émouvante Semaine Côte d’Ivoire, puis manqué le formidable et innovant festival international CRAK, ne manquez pas la NUIT BLANCHE ! On veut bien vous faire défiler le monde entier et la création contemporaine à Saint-Merry, mais faites un effort… ! MANIFESTEZ VOTRE INTERET ! … VENEZ !

JACQUES MÉRIENNE

1 Commentaire

  • Si tu as des yeux, regarde, si tu regardes, vois :
    Entendu samedi soir après une danse  » qu’est ce que ça à voir avec JOB ».
    Pourtant JOB est là au milieu de nous, ici et maintenant, peut-être moi, toi, nous, eux.. Dans la sculpture de P. de GRAUW, JOB assis sur la cendre, j’ai tjrs vu tout autant, comme une OFFRANDE.
    Dans sa nudité douloureuse, il s’offre, implore Dieu pour qu’Il lui parle, nous aussi, pour être vu – entendu – accepté, il pourrait l’exprimer dans la danse, par le chant, des cris, par des larmes au fond de ses yeux vides – par son silence.
    A nous de le déchiffrer, en VISANT LE COEUR dans ce qu’il nous donne
    A ENTENDRE et à VOIR.
    JOB peut hélas, demeurer encore longtemps, le REVOLTE par excellence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *