Rainbow de Gyulia VARNÀI ©fc

J’établis mon alliance avec vous

« Les temps sont accomplis :
le règne de Dieu est tout proche.
Convertissez-vous
et croyez à l’Évangile. »

Dimanche 18 février 2018

PREMIÈRE LECTURE (Gn 9, 8-15)
Alliance de Dieu avec Noé
qui a échappé au déluge
PSAUME (24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9)
Tes chemins, Seigneur,
sont amour et vérité
pour qui garde ton alliance.
DEUXIÈME LECTURE (1 P 3, 18-22)
Le baptême vous sauve maintenant
ÉVANGILE (Mc 1, 12-15)
« Jésus fut tenté par Satan,
et les anges le servaient »

Introduction :

Nous étions quatre à préparer cette célébration lundi. Et peut-être heureusement, car nous avons déjà trouvé trois questions pour nourrir notre réflexion, imaginez si nous avions été 10 voir 15 ! Ces questions sont le fameux fils rouge de notre célébration. Ce sont le texte qui nous conte la fin de l’histoire du déluge, et le texte du temps du désert que nous avons retenu.

Alors voici nos trois questions :
. A quelle question répond le mythe du déluge ? Car nous sommes tous d’accord, il s’agit bien d’un mythe ?
. Que vais-je faire de ce temps jusqu’à Pâques ?
. Depuis toujours l’arc en ciel est présent, les hommes de la préhistoire comme nous même en sommes témoins, alors :
Quel sens lui donnons-nous aujourd’hui ?

Isabelle Pepin

Commentaire

Le récit du déluge est un mythe bien sûr…. Mais comme tout mythe, il est là pour nous nourrir.
Je vous en propose la lecture que nous en avons faite en préparant cette célébration.

Le déluge  nous dépeint un bouleversement épouvantable, cataclysmique, après lequel, malgré  tout, tout peut  repartir, tout redevient possible. Tremblements de terre, inondations,  accident  de voiture, bombardements , deuil, attentats, pression au  travail, peine d’amour ou découverte d’un cancer , bref  déluge, pluies de fer, de feu, d’acier, de sang… il pleuvait sans cesse sur Brest comme l’évoquait Prévert, … il pleut sans cesse sur notre monde.

Comment repartir après un drame  collectif ou personnel ? Comment reprendre vie après  cela ? Comment refaire confiance à la vie ?Comment se rappeler que tout est à nouveau  possible ? Je fais une alliance avec vous…plus jamais… Je mets mon arc au milieu des nuages… Je me souviendrai de mon alliance. Courage,  je suis avec vous tous les jours  jusqu’a la fin des temps.
« Je mets mon arc au milieu des nuages  – pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre  » …

L’arc en ciel est une réalité bien visible aux yeux de tous les hommes. L’arc en ciel n’est pas un mythe.  L’arc en ciel est pris comme aide-mémoire, il peut nous rappeler : « moi votre Dieu je suis avec vous pour que vous puissiez rebondir face au déluge : on repart, tout est possible, je ne vous laisse pas tomber.  » Et alors l’arc en ciel devient pour tous ceux qui le voient un outil possible de mémoire, une occasion de penser, un porteur de sens et de bonne nouvelle.  Qu’est-ce qu’il peut nous dire à nous aujourd’hui quand nous sommes en plein drame, dans un trou noir, ou face à la désolation?

Jean-Luc Lecat-Deschamps

Nous vous invitons à partager sur la question suivante :
Dans le noir du monde ou de ma vie, que peut me dire l’arc en ciel ?

Mais surtout soyons bref dans notre partage pour permettre au plus grand nombre de s’exprimer et ainsi de créer  un véritable arc en ciel.

———————————

 Bonjour à vous tous,

L’équipe qui a préparé lundi 12 février dernier la cérémonie de ce jour m’a demandé de prendre en premier la parole, de vous partager ce qu’est mon ARC-EN-CIEL.
Merci à l’équipe pour cet honneur, et à vous qui allez m’écouter.
Dimanche 4 février dernier, vous receviez dans cette église la délégation de l’aumônerie catholique congolaise (Congo Démocratique) de Paris qui a bien voulu prier avec vous.
Dans leur prière, les Congolais (je le suis moi-même) balbutiaient à peu près ces mots : le Congolais est aujourd’hui migrant dans son propre pays, méprisé et bafoué dans sa dignité. Il est pauvre, très pauvre, à l’intérieur d’un pays aux immenses richesses et potentialités – richesses qui font la convoitise et justifient les petites rebellions et guerres ici et là à l’intérieur du pays.
Cette situation est principalement l’action d’une classe politique médiocre.
L’Église rappelle la grandeur et la dignité de l’homme créé image et ressemblance de Dieu. Voilà pourquoi elle s’implique dans l’accompagnement de l’homme. Elle demande que la classe politique s’inscrive dans le sens de la transformation en profondeur de la société : que les médiocres dégagent, au profit d’une nouvelle mentalité pour un Congo qui fasse de la dignité de ses habitants son cheval de bataille.
Le 14 novembre prochain, je totalise 25 ans de sacerdoce. Depuis 1993, je suis prêtre. Hormis quelques années où j’ai travaillé à l’Économat diocésain, j’ai passé le reste de mes années en milieu rural. Je me suis consacré à la structuration du milieu paysan. Cet accompagnement a permis la création de nombreuses organisations paysannes de base, dont 2 coopératives (une pour le miel et une autre pour la tomate et le piment). J’ai créé un cadre de concertation et de réflexion pour répondre aux défis et enjeux majeurs du milieu rural.
Cette action a été perçue de plusieurs manières : positivement et négativement. Son volet négatif a justement suscité ces soucis qui m’ont mis en chemin.
Depuis 2013, je suis en France. Je connais l’expérience du 115. Aujourd’hui je suis avec vous, à St Merry.
Je remercie le Seigneur pour sa grâce.
Mon arc-en-ciel, c’est ma fierté à vivre ma foi chrétienne, avec toute la sérénité qu’elle m’apporte.

P. José Egilde Mandiangu

Commentaire de l’Évangile

Ce que Jésus a vécu dans le désert, nous ne le savons pas. Marc dit : Il vient d’être baptisé/ il est poussé par l’Esprit au désert/ puis part proclamer la bonne nouvelle de Dieu. Que s’est-il passé pour Lui dans ce temps, cet espace ? Nous ne le savons pas.

Quand les contemporains de Marc entendent « 40 », cela raisonne comme un rappel. De façon aussi évidente que pour nous lorsque nous disons 1450 (imprimerie) ; « 14-18 » ou « 1789 » ou 6 août 1945 (Hiroshima). Pour Marc,  40 jours et 40 nuits de Moïse sur la montagne, 40 ans d’errance pour le peuple hébreu avant de rejoindre Canaan, 40 ans de règne pour les rois David et Salomon, ET 40 jours pour le déluge. Le temps de maturation, de mise à distance. Nous savons juste que quelque chose a changé pour lui dans ce temps et dans ce lieu, qu’il y a eu « conversion », « renversement ». En utilisant notre vocabulaire sociologique : nous pourrions dire qu’il s’agit d’un « Point de départ », d’une « nouvelle vie » pour Jésus.
Et pour nous, pour moi, ce dimanche 18 février ? Baptisés nous sommes poussés par l’Esprit, par l’Eglise, !!, à vivre un temps, ces « 40 » dans ce lieu qui est le nôtre. Comment inventer, vivre ce moment, que vais-je faire de ce temps jusqu’à Pâques ?

Isabelle Pepin

Envoi

Que nos réflexions sur la condition humaine, nos « arcs en ciel » et ce «temps» qui nous est donné nous conduisent vers Pâques.

Isabelle Pepin
Tags from the story
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *