Jeudi et vendredi saints : une traversée vers la vie

Une veillée de prière et méditation a suivi la célébration du jeudi saint, sur le thème de « Face à la violence ...? », accompagnée de chants méditatifs et de textes. 
Chacun était invité à écrire ces violences vécues ou constatées qui le prennent aux tripes, sur des post-it qui, le lendemain, vendredi saint, ont été déposés sur la Croix.

Décharge ton fardeau sur le Seigneur : il prendra soin de toi.
(Psaume 54)

Premier temps de méditation avec Elena Lasida :
« Nous y sommes, au mont des oliviers.
Jésus sait que l’heure est venue.
L’ambiance est tendue,
On respire la menace.
C’est là que commence l’escalade de violence jusqu’à la croix.
Violence croissante
Violence angoissante
Violence mortifère.

Que fait Jésus face à la violence ?
Que faisons-nous face à la violence ?

Face à la violence de ces guerres qui ne finissent pas de finir, Syrie, Palestine, Yémen…, violence banalisée.
Face à la violence des populations déplacées, des migrants expulsés, des apatrides, violence diabolisée.
Face à la violence du terrorisme, du fanatisme, du fondamentalisme, violence aveugle.
Face à la violence de toutes les formes d’esclavage moderne, violence inhumaine.
Face à la violence à l’école, dans les cités ou à la rue, violence victimaire.
Face à la violence faite aux femmes, traitées comme des objets à posséder, violence maquillée.
Face à la violence au travail, celle du harcèlement moral, de la tyrannie de l’efficacité, violence infernale.
Face à la violence avec nos proches, dans le couple, entre parents et enfants, entre amis, la violence de la confiance trahie, de l’illusion perdue, du cœur brisé, violence déchirante.
Face à la violence des armes, mais aussi celle des paroles qui blessent et des silences qui tuent.

Nous vous invitons à penser à une violence particulière
Une violence qui vous prend aux tripes
Qui vous assaille, qui vous poursuit, qui vous possède.
Que l’on soit victime, agresseur ou simple observateur impuissant.
Une violence insupportable.
Nous vous invitons à nommer cette violence
et à l’écrire sur le post-it que vous avez sur la feuille de chant
Au cours de ce petit temps de méditation rythmé par quelques textes et de la musique
Nous vous invitons à regarder la violence identifiée,
A la sortir, et à la mettre face à vous. »

Message du Pape François :

Plus tard, a été lu le message que le Pape François a adressé aux jeunes, suite à leur manifestation gigantesque contre les armes, aux États-Unis :
« Chers jeunes, c’est à vous de prendre la décision de crier, c’est à vous de vous décider pour l’Hosanna du dimanche, pour ne pas tomber dans le « crucifie-le ! » du vendredi… et cela dépend de vous de ne pas rester silencieux.
Si les autres se taisent, si nous, les aînés et les responsables – bien des fois corrompus – restons silencieux, si le monde se tait et perd la joie, je vous le demande : vous, est-ce que vous crierez ?
S’il vous plaît, décidez-vous avant que les pierres ne crient ! »

L’intégralité des textes lus pendant la méditation se trouve ici.

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *