Jeûne pour le climat – tous les premiers du mois à 20 h 00

Avons-nous pris toute la mesure de la confession d’un Dieu créateur qui, par l’incarnation de son Fils, a choisi de partager la condition de créature ? Comment porter dans la prière, la réflexion sur les enjeux climatiques, à montrer qu’une façon de vivre plus sobre et plus solidaire est possible, en avançant nous-mêmes sur ce chemin de conversion ?
Échos de la soirée « jeûne pour le climat » du 1er décembre 2014

Pour la première fois St Merry a souhaité participer à un mouvement plus global, « le jeûne pour le climat ». En effet tous les 1er du mois, il nous est proposé jusqu’en décembre 2015 de nous associer à cette action symbolique pour la planète.

Jeûne pour le climatCe temps vise à nous amener à réfléchir, à marquer un temps d’arrêt sur notre consommation, à méditer.

Après un chant et une introduction rappelant les origines de cette démarche, Elena Lasida a lu un extrait de la Déclaration que le CECEF (Conseil des Eglises Chrétiennes de France) a fait pour l’Avent et qui appelle à porter dans la prière la réflexion des Nations Unies sur le changement climatique.

Elena a souligné l’importance de trois idées présentées dans le texte :

  • la référence à la création: présentée non pas comme un stock de ressources mais comme un don reçu, que nous sommes appelés à garder et faire fructifier. La Création reçue constitue ainsi un appel à devenir co-créateurs.
  • le lien avec l’Avent: ce temps d’attente d’une naissance qu’on espère porteuse de vie. Le proverbe turc cité par Edgard Morin dit de manière poétique ce lien entre Avent et risque écologique : « Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra ». L’obscurité à laquelle nous faisons face aujourd’hui peut être vécue comme promesse d’un meilleur inconnu plutôt que menace de perdre le déjà connu.
  • Le lien avec nos modes de vie: la crise écologique nous invite à revisiter nos modes de vie, c’est-à-dire notre manière de consommer, d’épargner, de nous déplacer, d’habiter… Mais le changement n’est pas à faire en termes de « moins » (moins de consommation, moins de déplacement, etc) mais en termes de « autrement ». Une autre manière de vivre individuellement et collectivement est à construire. Elle suppose de perdre certaines choses mais elle permettra de gagner d’autres : plus de lien, plus de relation, plus de temps pour soi.

Nous avons ensuite poursuivi notre méditation autour d’un texte du prophète Osée (Osée 2, 16-25). Après un temps silencieux d’intériorisation, les uns et les autres ont pu faire écho à ce texte, aussi évoquer ses doutes, ses attentes,…

Nous étions une trentaine, nous vous attendons nombreux :

le 1er janvier de 20 h 00 à 21 h 00 à Saint-Merry,

Il est important que nous soyons reliés les uns aux autres. Nous donnerons chaque 1er du mois des nouvelles des autres groupes et/ou des avancées qui auront pu avoir lieu. Peut-être serons-nous appelés à des actions… Nous nous tiendrons au courant.

Tags from the story
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *