La journée mondiale du Migrant et du Réfugié

Journée marquée de plusieurs temps forts : une célébration partagée, émouvante, puis un large échange d'information sur l'action du Centre Pastoral et du diocèse, et sur l'actualité autour des migrants.

La célébration de la Communauté, d’abord, préparée comme un temps de recueillement et d’intériorisation des textes (Introduction journée migrants), a eu un ton juste c’est-à-dire ajusté à notre « être chrétien », disciples du Christ.

Le commentaire de l’Evangile de Jean  a réaffirmé que « l’accueil du migrant, du réfugié, de l’apatride n’est pas de l’ordre du facultatif ou, pire, de l’accessoire, car il est constitutif de la foi. Ainsi que le répète le pape François, les pauvres, les exclus, les migrants sont « la chair du Christ » ».

Nous avons été nombreux, ensuite, à participer au temps d’échange appelé « Parler la bouche pleine ».
Il y a d’abord eu un point, par Bernard Sadier, sur notre partenariat avec SNL pour le logement d’une famille réfugiée à la suite d’un appel à la communauté, un appartement rue Jean-Jacques ROUSSEAU a été loué pour héberger Mme Syphan et ses deux enfants. Les dons de la communauté de Saint-Merry, par prélèvement ou par dons ponctuels, ont atteint en 2016 37107 euros, et en 2017 22460 euros, soit un total de 59567 euros.
Les dépenses pour la location de l’appartement de la rue Jean-Jacques ROUSSEAU pour héberger Mme Syphan et ses deux enfants ont coûté en 2016 : 9336 euros – en 2017 : 12404 euros, soit un total de 21740 euros.
Compte tenu du crédit disponible à fin 2017 (37827 €), la communauté a décidé de loger une seconde famille de réfugiés en participant à l’achat d’un appartement dans le cadre de l’association SNL Solidarités Nouvelles pour le Logement. Cette réunion a incité d’autres personnes à s’inscrire pour un retrait automatique, et à se porter volontaires pour accompagner les sans-logis dans le cadre de SNL. Il reste deux inconnues : Combien de temps faudra-t-il pour loger définitivement nos réfugiés, la question la plus difficile étant celle du travail ? A quelle date l’appartement acheté sera-t-il disponible ?

De même ont été rappelés ou précisés les signes donnés par le Diocèse de Paris, grâce au Vicariat de la Solidarité : la journée du 1er décembre toute dédiée à un Comité d’orientation pastorale avec des personnes engagées dans l’accueil des migrants et réfugiés, puis la matinée du 13 janvier où des représentants (prêtres et laïcs) des 106 paroisses de Paris ont partagé expériences en cours, projets, besoins (« diffusion de bonnes pratiques » dit le texte du Pape).

Enfin l’actualité nous a rejoints à travers les inquiétudes des associations d’aide aux Migrants et Réfugiés (où se situe le RCI, né et installé à Saint-Merry depuis 2002) devant le nouveau projet de loi déjà présenté par le gouvernement : chrétiens et citoyens, que pouvons-nous faire ?

  • Nous informer davantage : le RCI a invité le député du 4è arrondissement, Pacôme RUPIN pour échanger avec nous le lundi 12 février à 20 h.
  • Toucher nos députés en envoyant soit un courrier personnel disant les craintes des citoyens électeurs, soit une lettre qui sera préparée par quelques personnes du Pôle Solidarité du CPHB et remise au Vicariat du Diocèse qui pourrait le diffuser aux 106 paroisses de Paris et au-delà.

Oui, cette Journée n’est pas une fin en soi, mais un commencement !

Céline Dumont, RCI – Cimade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.