Julie Legrand. Les bouches à nourrir

L’œuvre en osier installée dans les airs du transept de Saint-Merry à l’occasion de la Nuit Sacrée, est une expression du temps de pentecôte par sa forme, elle est ouverte à tous les souffles. Mais ce n’est que la première partie de l’exposition de Julie Legrand. La seconde utilisera le verre et le marbre en jouant avec l’architecture.

« Les bouches à nourrir », est une œuvre qui offre déjà les prémices de ce que l’artiste et ses œuvres expriment : le sens de l’installation dans les lieux et le rapport de sens qu’elle noue avec l’environnement immédiat, l’usage de matériaux proches de la nature et finement travaillés, l’ouverture à de nombreux sens possibles. Julie Legrand surprend et crée un univers ouvert sur la beauté.

Elle travaille la matière comme un artisan et son pouvoir d’expérimentation et d’hybridation des matériaux (verre, bois, mousses, marbre, etc.) ne semble pas avoir de limites. Lire V&D

Pour Saint-Merry et la Nuit sacrée, elle a choisi l’une de ses créations récentes réalisée avec une matière nouvelle.

Julie Legrand

L’osier.

  • L’osier, une branche du saule, cette famille aux 160 espèces : un signe de multitude.
  • Le rameau de saule planté en terre revient à la vie : un symbole d’immortalité.
  • L’osier utilisé par les gens du voyage : un symbole de liberté.
  • Un bois ancien et souple utilisé dans toutes les sociétés : un élément de la vie quotidienne.
  • Le saule : un arbre mentionné à de nombreuses reprises dans la Bible.

 

Julie Legrand, Nuit Sacrée

Une forme

« Cette forme maternelle évoque ce qui nous nourrit, ce vers quoi on tend. Placée dans les airs, l’installation fait référence aux nourritures célestes. Utilisé dans les berceaux, le matériau est protecteur du nouveau-né. Par sa forme, l’installation évoque les nasses, ici ouvertes, non pour capturer, mais pour accueillir ou encore la corne d’abondance.» (Julie Legrand)

Dans un entretien avec Voir et Dire, Julie Legrand situe l’œuvre dans sa propre dynamique créative.

 

Extrait :

Julie Legrand

«Je souhaitais travailler dans une nef d’église. Les nervures gothiques et la couleur des pierres correspondent bien à l’osier. Les lignes se renforcent. La forme que dessine cette installation est à fois un œil, un sein, une corne d’abondance. Il est ce vers quoi on se tourne, avec un désir d’élévation.

Cette œuvre a été conçue et exposée à Fresnes en 2017, dans le contexte électoral. Ce sein nourricier était une manière d’affirmer que la culture est absolument nourricière par l’art, la création et les rencontres qu’elles permettent.

Dans le cadre de Saint-Merry, c’est l’aspiration à plus grand que soi qui l’emporte.

Et sûrement un travail sur la mère manquante, ou présente …. Une interrogation sur l’âge adulte peut-être.»

Julie Legrand, Nuit Sacrée

 Lire l’ensemble de l’entretien sur Voir et Dire

A voir jusqu’au 27 juin 2018

http://www.julielegrand.com

Née en 1973, elle vit et travaille à Paris, mais aussi partout où on lui demande de faire des installations.

Jean Deuzèmes

Julien Legrand

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.