La joie de l’Évangile au Vatican

« Je rentre du Vatican avec la conviction brûlante de la force de l’Esprit Saint, en raison du souffle de renouveau et de paix évangélique dont je me suis nourri pendant 2 jours. Il souffle comme un air d’Évangile et cela libère tant d’espoirs ! » Notre ami Guy Aurenche, président du CCFD-Terre solidaire, nous livre ses réflexions après son dernier voyage à Rome.

L’an dernier à la même époque  j’affirmais croire de plus en plus au Saint Esprit, car sans Lui et compte tenu des sottises et des turpitudes constatées dans ce cadre vaticanesque, l’Église serait morte depuis longtemps.
Je rentre du Vatican avec la conviction brûlante de la force de l’Esprit Saint, en raison du souffle de renouveau et de paix évangélique dont je me suis nourri pendant 2 jours. Il souffle comme un air d’Évangile et cela libère tant d’espoirs  !

Guy Aurenche avec le Pape FrançoisLe Pape François

À 7 heures précises, il entre seul dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe. Une homélie courte faisant le lien entre les multiples scandales dont l’Église est accusée et notre refus d’accueillir vraiment la parole de Dieu.
La messe terminée, le pape vient s’asseoir pour quelques minutes de méditation en silence.

POPULAIRE : parce que ressenti comme proche des joies et des peines des hommes et des femmes de ce temps. D’abord une bonne nouvelle : Tu es aimé, tu es capable d’aimer, ouvre ton cœur à la Parole du Christ, et sois heureux.
Populaire parce qu’attentif à « l’oreille et au cœur » de ceux auxquels il s’adresse. Parce qu’il sait joindre le geste à la parole

PAUVRE : Sa simplicité, les choix affirmés sur la gestion de l’Eglise, ses finances, les attributs des fonctions ecclésiastiques, et les gestes qu’il pose envers les pauvres qu’il rencontre.
Pauvre en sa manière d’exercer son ministère d’évêque de Rome au service d’une collégialité qu’il souhaite instaurer.

PRIANT : Par le sentiment de confiance qu’il transmet, exprimant par là une présence qui l’habite de sa confiance.
Priant et invitant à la prière ceux qu’il rencontre et qui agissent.

PATRON : Tous lui reconnaissent un vrai désir de consultation très large avant de décider. Une fois la décision prise il va au bout, sans affrontement mais avec obstination.
Patron et non pas révolutionnaire, en particulier dans le domaine des dogmes. Peu de remise en cause dans des domaines sensibles, mais une remise en perspective qui évite que les médias ne s’obnubilent sur les questions de morale familiale  ou sexuelle. Patron qui semble avoir conscience que son temps est compté par son âge et par la volonté de s’arrêter s’il ne peut plus répondre à sa tâche.

Tout serait-il parfait ?

Suis je devenu papiste à ce point ?
Tout reste à faire, les oppositions ne feront que grandir. Mais ma reconnaissance est grande car l’Espérance semble possible, et l’Évangile de l’Amour d’un Père et entre frères, est « proposable ».
Alors notre responsabilité apparaît d’autant plus grande. Elle appelle chacune de nos communautés à se construire dans un esprit de service, de pauvreté, de dialogue et de tendresse respectueuse…
Le pape appelle chacun à une conversion intérieure.  À nous de jouer !

Guy AURENCHE , le 19.01 2014.

 

1 Commentaire

  • Guy,
    Ton lointain prédécesseur, Philippe Farine, premier secrétaire général du CCFD à sa création en 1961, puis président de 1968 à 1977, aurait aimé cet air d’Evangile que le pape François fait souffler sur l’Eglise.
    La Ville de Paris honore Philippe Farine en donnant son nom à un square du 12ème arrondissement, quartier où il résidait avec sa femme Jeannine.
    Inauguration : mardi 11 février 2014 à 11 heures 15 – square situé 12, passage Gatbois à Paris 12e (Métro Gare de Lyon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *