La perle

Je reviens de la messe du 16 novembre.

Drôle d’idée, de la part des sélectionneurs des textes liturgiques dominicaux (à propos, qui sont donc ces gens ?), d’avoir choisi une lecture tirée du livre des Proverbes sur « la femme vaillante » ! Probablement une pieuse intention de rendre hommage aux femmes.

Mais quelle vision de la femme ces sélectionneurs nous proposent-ils ? Une parfaite femme d’intérieur : économe, active, sachant tricoter, « attentive à donner du bonheur à son mari » (Oh !).

Cerise sur le gâteau, qui nous révèle en creux l’opinion que l’auteur du texte se faisait des femmes : « Au lieu de coûter à son mari, elle l’enrichira ».

Suprême récompense (pour son mari ?) : « Tous louent son activité et reconnaissent les fruits de son travail ». Il semble que ce mari avait besoin d’une femme de ménage. Comme dit le texte, il a trouvé la perle !

Que pensent «  nos » saint-merriennes, si justement promptes à dénoncer le machisme de l’Eglise, du choix d’un tel texte pour alimenter notre méditation en 2014 ?

Jean de Savigny

1 Commentaire

  • Bonjour Jean,

    Si l’on entre dans votre mode de lecture anachronique de ce texte, le prenant « au pied de la lettre », s’en suit qu’une bonne partie de la bible deviendrait pour nous illisible, inintelligible voir simplement ringarde.
    Si je me souviens bien, la personne qui a commenté ce texte a fait valoir qu’il s’agissait là de toute évidence d’une image allégorique de la Sagesse. Le style rappelle d’ailleurs celui du livre de la Sagesse.
    L’alternative serait de ne plus nous confronter qu’aux textes de la bible « politiquement correctes » en phase avec la « bien pensance » du moment….
    Amitiés
    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *