La Sainte famille selon Michel Serres

L’adoption est-elle la « bonne nouvelle » de l’Évangile ? La thèse du philosophe français

Michel Serres

J’avais eu un coup de cœur en lisant dans le journal La Croix du 10 octobre 2010, un article du philosophe  Michel Serres qui, s’interrogeant sur le modèle de la famille que l’Église propose aux chrétiens : Joseph, Marie, Jésus, modèle repris ces temps derniers sur le mode : un papa, une maman, un enfant, développait une réflexion sur l’adoption. J’avais fait circuler cet article  auprès de quelques amis.

Au début de ce  mois de février, l’article de Jacques Mérienne « Jésus familiphobe » se terminait sur le mot « adoption ». J’ai parlé autour de moi de l’article de Michel Serres. Certains le connaissaient. D’autres pas du tout.

C’est à  « l’évangile de l’enfance », aux deux premiers chapitres de l’évangile de Luc, que Michel Serres  renvoie pour rappeler  que Joseph n’est pas le père biologique de Jésus mais son père adoptif, que le statut de Marie fait exception à la « loi  naturelle » puisque, si elle a bien porté son  premier-né  pendant neuf mois avant d’accoucher, elle est restée toujours vierge. On peut ajouter que personne n’a vu le « vrai » père de Jésus dont celui-ci  parle cependant beaucoup. Seule une voix vient du ciel au moment de son baptême, qui atteste : « Tu es mon fils bien-aimé ».

Il ne s’agit pas, de la part du philosophe, d’une provocation, ni même de ce qu’on appellerait aujourd’hui une « déconstruction ». Mais une observation à partir de laquelle il fait valoir que la loi d’amour l’emporte sur la loi naturelle  (celle que l’on retrouve dans le questionnaire préparatoire au synode sur la famille) et que « l’adoption est la bonne nouvelle de l’évangile ». C’est le titre que Michel Serres donne à son article et que l’on peut relire dans son intégralité sur le site du journal  La Croix.

« Michel Serres : “L’adoption est la ‘bonne nouvelle’ de l’évangile” ».

 

Jean Verrier

1 Commentaire

  • Je connais cet article de Michel SERRE – le très bienvenu en ce moment même s’il date de 2010.
    Entendu très récemment Madame Françoise HERITIER, élève de Cl. Levi-Strauss dans des paroles pleines de savoir parler du « couple » en anthropologue, c’était reposant, plein d’humanité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *