L’accueil à St Merry : une belle expérience foisonnant en évènements et rencontres

L'église Saint-Merry reste ouverte et accueillante chaque après-midi. Des multiples passants traversent, posent des questions ou se recueillent. Les « accueillants » notent dans un cahier les traces de leur permanence. Cet article est une synthèse des annotations consignées à l'issue de leurs séances d'accueil à Saint Merry.

Les visiteurs sont à l’image du quartier, cosmopolites et  multiculturels, reflétant la grande diversité du quartier. Leurs motivations en franchissant la porte sont des plus diverses. Quelles que soient leurs attentes ils se présentent à nous, à notre capacité de les accueillir fraternellement quelles que soient  la couleur de leur peau, leur culture et leur histoire.

C’est dans ce contexte d’ouverture et d’écoute des personnes et du monde que s’inscrit la mission d’accueil à St Merry. On y croise :

Des gens en quête du passé, pour qui l’église a été le témoin d’évènements forts de leur vie et qui reviennent en pèlerinage. D’autres qui ne manqueraient pour rien au monde les concerts du Samedi et du Dimanche. Ils se sentent un peu chez eux à St Merry au point d’inviter des amis à partager ce plaisir musical de qualité et (presque) gratuit !!

Des touristes étrangers, venus des quatre coins du globe, de culture et de confessions différentes, croyants ou non, intrigués par l’austérité et le dépouillement de l’église : est-ce une église catholique, un temple protestant, un musée ?

Des badauds, qui voyant une porte grande ouverte s’engouffrent un peu par hasard dans l’église, font une petite  pause, ne demandent rien et sont reconnaissants qu’on les laisse tranquilles.

Des visiteurs plus curieux intéressés par les expositions et l’architecture, s’enquièrent de la date de construction de St Merry, de son style… Certains s’attardent devant les vitraux de la nef, la belle croisée du transept, la Gloire éclairée… Tout en déplorant l’état de dégradation de l’édifice, ils en apprécient le dépouillement propice au recueillement. Parfois une obole dans le tronc vient en remerciement de l’accueil reçu et en modeste contribution à la restauration de l’édifice.

L’accueil est aussi source d’échanges multiples et variés :

Les œuvres d’art exposées en fournissent souvent l’occasion. Elles ne sont pas toujours comprises et les controverses peuvent être vives sur leur valeur esthétique, sur leur place dans un église. Certains se demandent si le curé est au courant et comment il accepte que des peintures sans rapport avec la religion soient exposées dans son église. La crèche déconcerte !

L’aspect informel de Saint Merry suscite la curiosité et donne parfois lieu à un questionnement sur la communauté et le centre pastoral.  Avec quelques visiteurs avec qui s’est tissé une relation de confiance, ce questionnement peut déboucher sur un échange plus approfondi sur la foi, sur Dieu, sur le rôle de l’art et de l’artiste, voies privilégiées vers le beau et le divin. Moments rares mais intenses où, dans le respect des convictions, il nous est donné d’échanger sur ce qui donne sens à nos vies.

Souvenir marquant, celui de deux jeunes Tunisiens en vacances à Paris qui ont demandé la permission de prendre des photos de l’église. Mis en confiance et inspirés par le lieu, ils ont témoigné de ce que représentait pour eux la religion dans leur vie de jeunes.

Le ressenti des visiteurs est aussi riche de sens pour les accueillants. L’église surprend et interpelle : « Une église ouverte, comme c’est bien ». On ne retrouve pas ses repères habituels, pas de bénitiers, pas de prêtres pour se confesser, pas de statue de St Joseph ni du curé d’Ars, pas de cierges…  Malgré cela, on s’y sent bien, accueilli chaleureusement par l’équipe  d’accueillants .

En effet leur motivation est forte. Heureusement car les conditions matérielles de l’accueil ne sont pas optimales : il fait froid l’hiver, il y a du bruit lors des répétitions de concerts, c’est parfois « le capharnaüm » dans les chapelles latérales… Malgré tout, ils sont fidèles au poste, pour beaucoup depuis plusieurs années. Accueillir les visiteurs est vécu comme une mission d’Eglise, où chacun a  à cœur de donner un autre visage de l’Eglise, de témoigner d’un lieu fraternel et ouvert à l’écoute du monde et des personnes d’aujourd’hui.

Cette mission procure aux accueillants un sentiment de joie et de satisfactions profondes, comme le témoigne l’un d’entre eux dans le cahier : « L’accueil est pour moi un moment irremplaçable qui vous remet les idées à l’endroit et vous réconcilie avec l’humanité en cas de doute et de découragement. C’est mieux qu’un psy. En plus c’est gratuit ».

 Marguerite DAUNY
Membre de l’équipe d’accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.