Laurent Bellin ouvre les portes de Saint-Merry aux musiciens

A 33 ans, Laurent Bellin, dirigeant d’une société de gestion de projets culturels, est depuis 2016 en charge, à Saint-Merry, de l’accueil musical. Il est aussi membre de l’équipe pastorale. Son engagement, sous forme d’appel, lui a ouvert de nouvelles perspectives dans la communauté.

Pouvez-vous résumer votre parcours jusqu’à votre engagement à Saint-Merry ?

Originaire de Châtellerault (Vienne), j’ai vécu en Touraine, en Normandie et en Bretagne. J’ai d’abord suivi un DUT de gestion d’entreprise, puis un CAP modiste pour confectionner des chapeaux. Ensuite, je me suis lancé dans la création d’une société multi-travaux, mais je me suis vite rendu compte que je n’étais pas épanoui dans le milieu du bâtiment. Je me suis alors réorienté vers la culture. Cela m’est apparu comme une évolution naturelle car j’ai toujours eu de nombreuses activités artistiques : le violoncelle, le hip hop, la magie, le théâtre. J’ai donc suivi une formation en gestion de projets culturels  et j’ai repris la gestion en 2014 d’une société de production musicale en musique classique. Peu avant, j’ai créé Gestion & Développement, une entreprise de gestion de projets. Parmi mes clients figurent la Fondation Alliance française, le Salon d’Automne, Territoire des Arts ou encore l’Arche Internationale, le réseau de Jean Vanier qui fédère des foyers pour personnes handicapées un peu partout dans le monde.

Quel croyant êtes-vous ?

Jusqu’à ce que la communauté de Saint-Merry fasse appel à moi, à l’été 2016, j’étais croyant mais pas pratiquant. Pour moi, cet engagement a marqué un retour à l’église, dans tous les sens du terme, puisque, ma femme Olivia et moi habitons dans l’un des appartements mitoyens de l’église. Olivia, qui a suivi des études de droit et d’histoire de l’art, a été ensuite archéologue à Rome. C’est à ce titre de passionnée d’art qu’elle s’est engagée dans les visites guidées de l’église. C’est d’ailleurs à Saint Merry que nous avons reçu une bénédiction par le prêtre Daniel Duigou à l’occasion de notre mariage en Juin 2017.

Qu’appréciez-vous à Saint-Merry ? 

J’aime cette ouverture sur le monde des arts et sur la différence de l’autre. J’ai été franchement étonné de découvrir mon nom sur la liste des nominés pour faire partie de l’équipe pastorale. Au début, j’ai cru à une blague ! La confiance qui m’a alors été accordée m’a conduit à réfléchir un peu plus à mon rôle à Saint-Merry. C’est un pari un peu fou, dans notre monde d’aujourd’hui, de pouvoir ouvrir les portes de l’église en acceptant vraiment l’autre tel qu’il est et non pas tel qu’on voudrait qu’il soit.

Propos recueillis par Romain Mazenod

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.