L’aventure du billet

Le billet de Saint-Merry : un hebdomadaire qui traverse les années ! Catherine Charvet et Pierre Sesmat analysent sa réussite, et nous invitent à y contribuer.

Au début en 2005, quand il est paru sur la feuille de chants du dimanche, le billet a surpris : il semblait incongru, pas à sa place. Que venait faire un « billet d’humeur » parmi les textes des chants et les informations pastorales ? Ses promoteurs n’avaient-ils

©fc

pas la simple intention de « remplir » la page ? Ou bien saisissaient-ils l’occasion d’une page à demi vide pour provoquer les réactions de la communauté de Saint-Merry ? Et puis rapidement, le billet est devenu incontournable. C’est lui qu’on lit en premier lieu quand on vient à la messe le dimanche, ou lui qu’on lit quand le sermon est ennuyeux, ou lui qu’on lit au retour de la messe dans le métro, juste avant de plier la feuille de chants dans sa poche. Ainsi il est certain que le billet fait partie des textes les plus lus de toutes les publications de Saint-Merry. Chacun mesure l’enjeu.

Cette impression est parfaitement perceptible quand les deux animateurs du billet sollicitent, entre juin et septembre, des membres de la communauté pour entrer dans la nouvelle équipe de sept personnes qui tout au long d’une année, d’octobre à octobre, fourniront à tour de rôle un billet. Certains refusent car ils disent ne pas aimer ou ne pas savoir écrire. D’autres parce que l’enjeu est trop fort, parce qu’ils craignent de ne pas savoir exprimer ce qu’ils pensent ou d’être incompris ou critiqués. D’autres enfin parce qu’ils pensent ne rien avoir à dire.

En fait, il n’est pas nécessaire d’être philosophe, journaliste ou théologien pour participer à l’équipe du billet. Et ce n’est pas l’élévation spirituelle qui est recherchée. Il suffit d’être attentif à ce qui résonne en soi chaque jour, d’avoir aussi envie de le mettre au clair et, pourquoi pas, de le partager. Et les sujets sont illimités, de la vie individuelle à la vie du monde, de la vie de la communauté à la vie de l’Église, de la littérature au cinéma, de la politique aux questions sociales, de la liturgie à l’engagement, etc. C’est une véritable aventure ! Aventure personnelle, car chacun devant sa page, quand vient son tour, tente d’exposer son idée et de trouver les mots pour la dire ; aventure collective car chaque membre de l’équipe aide, en fonction de ses possibilités, de ses compétences et de ses souhaits, à la validation de la pensée et à l’élaboration finale de chaque billet hebdomadaire, au cours d’échanges libres par courriel. Tout cela sur le temps d’une année.

C’est bien un véritable engagement au service de la communauté de Saint-Merry pour faire naître des idées et l’envie d’y prendre toute sa place. Donc enfin aventure communautaire puisque le billet étant ensuite publié sur le site de Saint-Merry, devrait susciter des réactions et des commentaires…

L’objectif est-il impossible à atteindre ? Le pari intenable ? Non ! répondent les quelques 90 membres – anciens mais aussi nouveaux, vieux mais aussi jeunes – de la communauté de Saint-Merry qui, depuis 12 ans, ont accepté de participer à cette aventure. Et au total, bon an, mal an, ils ont produit près de 600 billets. Alors pourquoi ne pas se laisser tenter ?

Pierre Sesmat et Catherine Charvet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.