« Le chemin se fait en marchant »

Chemin de Saint-Jacques, Alto del Perdón (Navarre)Une amie  vient de « faire le chemin » de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Avec un  grand sourire elle me parle des « clés du chemin : solitude et silence », mais aussi des rires, des pleurs, des chants et surtout de ses rencontres fraternelles. Dans ses yeux une lumière: « je ne sais pas si j’ai changé, mais je sais une seule chose : je vais repartir. Par un autre chemin, peut-être, mais je partirai».
En vérité, combien de rencontres ne sont possibles qu’avec un nouveau départ ?…
Bientôt la route du Carême s’offrira à nous tous. Il y aura des rencontres de réflexion, de questionnement pour mieux construire la fraternité. Il paraîtrait  qu’il y ait urgence…
Je me souviens d’autres rencontres de Carême  à Saint-Merry. Je n’ai pas à l’esprit tous les  thèmes abordés, mais je garde en mémoire l’expérience du vivre ensemble.
Il m’arrive, en marchant vers Saint -Merry, le dimanche matin, de sentir  l’appel de cette fraternité vers ceux que j’ai rencontrés auparavant.  Alors, allons-y  encore pour cette année !
Mais attention : restons humbles et réalistes. Rien n’est jamais acquis ; tout est à recommencer et ne  présumons pas de nos forces.
Souvenons-nous de ces vers d’António Machado, poète espagnol (1875-1939) :
( …) « Voyageur, le chemin c’est les traces de tes pas. C’est tout ; voyageur  il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant » (…).
Et pour nous, quel chemin à  construire ensemble  et pour quelle Rencontre ?

Joaquim Pereira Sousa