©fc

Le lendemain ?

Un certain 11 Janvier, on s’est pris à rêver qu’une après-midi de paix partagée pouvait augurer des lendemains de fraternité… Demain serait-il synonyme d’espérance, une espérance que tous les soirs on attend ?
©fc
©fc

Quand on vit un événement fort et heureux … on voudrait lui donner un goût d’éternité, en avoir la saveur longtemps et longtemps encore dans le cœur. En témoignent ces fêtes qui percent les nuits comme si elles ne devaient jamais finir, ces séparations déchirantes après un moment que l’on croit unique, ces joies que l’on voudrait interminables, cette ferveur qui, un jour, unit tout un peuple dans une communion que l’on croyait improbable… Tout cela chargé de promesses brûlantes et de la certitude qu’il est possible de recommencer ou de garder cette grâce qui fera du lendemain un jour meilleur…

Mais qu’en est-il quand demain arrive ? D’ailleurs demain arrive-t-il vraiment ? Un petit enfant demandait tous les soirs à sa maman quand était demain. « Tu vas dormir, lui répondait-elle patiemment, et après ce dodo, ce sera demain. Au réveil l’enfant s’exclamait :

–  Ça y est, maman, on est demain !

– Non, on est aujourd’hui, reprenait la mère qui recommençait sans cesse les mêmes explications.

– Alors, dit un matin l’enfant, je ne connaîtrai jamais demain ? »

Un certain 11 Janvier, on s’est pris à rêver qu’une après-midi de paix partagée pouvait augurer des lendemains de fraternité… Demain serait-il synonyme d’espérance, une espérance que tous les soirs on attend ?

Sylvie de Bengy

Billet du dimanche 8 janvier 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.