L

Les fiorettis des rencontres du mercredi

Donc le groupe s’est trouvé un nouveau nom pour poursuivre l’aventure et se donner des nouvelles : « Télé partage du mercredi ». En attendant, si vous voulez le rejoindre, vous pouvez vous adresser par mail à solangederaynal AT gmail.com

Le Zoom « partage d’Evangile » du mercredi soir aimerait se poursuivre aussi, pour permettre à celles et ceux qui ne peuvent venir à St-Merry le mercredi soir, de s’unir au même partage, à distance. A organiser par qui le voudra, comme a su le faire Yvonne le 27 mai. Didier et Thibault s’y collent avec Yvonne, bravo ! Ci-dessous voici quelques fiorettis de ces échanges durant la période du confinement, au sein de ce groupe WhatsApp, ouvert le 19 mars 2020.

Le rythme de nos journées était marqué par des hymnes et des prières en vidéo. Se lever et écouter un hymne des moines de Tamié, et le soir, en paix, la très ancienne prière de « Joyeuse Lumière » c’était merveilleux. Un rythme qui a scandé, chaque jour, notre confinement. Merci à Dominique et Claire.
Le coup de cœur des coups de cœur est bien sûr la naissance du groupe WhatsApp. Ce jour-là, Nourdine est préoccupé à l’annonce du confinement, car on ne va plus se retrouver à Saint-Merry. A l’instant dans le cœur et la tête de Dominique qui vient d’écouter son ami, une idée fuse comme un éclair. Elle se réalise aussitôt. Le petit groupe du partage eucharistique du mercredi soir est créé, il va se retrouver en WhatsApp. Ma reconnaissance est très grande envers Dominique qui a magnifiquement animé ce groupe. 
Je le remercie de tout mon cœur.
Au fur et à mesure du temps, il s’ouvre, il s’agrandit, comme les plantations enracinées dans la bonne terre de Dieu. Une trentaine d’inscrits…
Nourdine se joint évidemment au groupe. Plus à l’aise le mercredi soir pour partager l’eucharistie que pour les célébrations du dimanche, il venait avec des amis, pas ou peu familiarisés avec l’Eglise, certains se sont inscrits sur la liste. L’un d’eux, El Hachimi, musicien, nous offre en vidéo un morceau d’accordéon qu’il joue de chez lui, avec une grande gentillesse. Je me souviendrai aussi de Eric qui nous partage, aussi en vidéo, un chant superbe de Madagascar, son pays d’origine, interprété par la chorale malgache dont le nom signifie la Voix du ciel. Une occasion de se rencontrer, tout simplement et de remercier. Voilà une belle ouverture, on aime en voir le symbole dans le vitrail du claustra, transparent qui laisse passer la silhouette des maisons de la rue, des boutiques et les voix des passants. Le dedans et le dehors que nous désirons inséparables. 

J’ai un coup de cœur pour Nourdine, fils adoptif de Maurice, habitant avec lui une rue voisine, c’est lui qui fera mon marché tout le temps du confinement. Les paquets sont accompagnés d’échanges à travers ma porte. La voix forte de Nourdine traverse tous les étages de l’immeuble peu habité… Un soir, sur mon paillasson, un petit paquet qui n’était pas prévu. Je découvre une religieuse en chocolat… Un choix génial… Je n’oublierai pas…
Le 17 avril, j’apprends l’arrivée d’une certaine Vicky, j’écoute le spectacle qu’elle nous offre en vidéo. Il se termine assez tard dans la soirée, suis-je la seule à l’écouter ?… Je la remercie. Par la suite n’ayant pas lu d’autres réactions, elle se manifeste avec courage et simplicité. Dominique qui la connait depuis longtemps nous la présente. Vicky, aide-soignante, est la maman d’un petit garçon, Imani, qu’elle élève toute seule. 
Elle attend le soir, lorsque son bébé s’est endormi pour lire tout ce que nous avons écrit. Une présence fidèle et silencieuse. Vicky est évangéliste. Je me suis mise en relation directe avec elle et nous avons sympathisé. Nous nous sommes promis de nous voir bientôt en chair et en os.

Voici un autre coup de cœur, en vidéo, l’interview de Maurice animé par Nourdine. Dans sa vie de prêtre, la rencontre de l’autre lui a permis d’être heureux et de se nourrir. En reprenant la pensée de Levinas, « L’autre c’est ce qui permet d’exister, la divinité est dans le visage de l’autre. »
Parfois on risque d’oublier les autres, mais s’oublier soi-même il n’y a pas de risque ! L’importance de l’autre. Prier ensemble c’est retrouver l’autre. Savoir se prendre en mains dans sa vie. Cela rejoint « Aimez-vous les uns les autres », parole de Jésus qu’Il a appliqué à la lettre, confirme Nourdine.
Saint-Merry a été un havre de paix pour Maurice, dont il est très reconnaissant. 
Coups de cœur dans l’évangile : le chemin d’Emmaüs. A l’heure de l’obscurité, les yeux s’ouvrent, à la fraction du pain, une nourriture offerte à partager entre frères, sur leurs chemins qui n’ont pas forcément croisé celui d’Emmaüs. Chemins des autres, chemins de la montagne aux détours variés. La table est vide… Jésus n’est pas toujours là où l’on croit. Se laisser saisir et aspiré du tombeau vide, se laisser prendre par la main du Ressuscité. Jésus est représenté ainsi dans certaines icônes orientales.
Dimanche 24 mai, fête de la fin du Ramadan, un coup de cœur qui fait chaud au cœur, une voix qui remercie pour les vœux que nous avons envoyés à nos amis musulmans. C’est Ilyass, un ami que Dominique reçoit chez lui en ce jour de fin de Ramadan. Il s’exprime d’abord en arabe et même si tout le monde ne comprend pas, certains d’entre nous ont senti par le ton de cette belle langue que c’était des paroles chaleureuses, d’un ami, qui se terminaient par « Bonne fête de Pentecôte ! ».
Les coups de cœur, ce sont ces fleurs que vous apercevez soudain sur les talus du chemin ou parmi les touffes d’herbes de la prairie de l’autre côté de la barrière. Alors, on l’escalade la barrière pour aller les retrouver et découvrir parfums et couleurs, leurs forces et leurs fragilités. 
Sur la montagne nous y arriverons ensemble, en portant des gerbes.

                                                                                            Jacqueline Casaubon 

Pour ma part j’aimerais bien garder simplement ce que j’ai dit lors de la dernière séance (la phrase de Thérèse de Lisieux) : 
‘’Il suffit de ramasser une épingle avec amour pour sauver une âme.’’
Merci beaucoup. Bien sincèrement. 

Francis

Moi qui ne suis presque jamais venue aux mercredis, et ne connaissais pas les WhatsApp, j’ai eu la chance de pouvoir y participer. Cela s’est passé pendant la période de confinement, une période où on est évidemment ultrasensible. Je dois dire que j’ai vécu un carême comme je n’en ai jamais vécu : la lecture et les chants, qui se faufilaient dans tous les actes de la vie quotidienne, avec son humour, la beauté, l’émotion, la réflexion, la chaleur…  La Semaine Sainte puis la thématique du tombeau vide et de la Résurrection du Christ qui sort dehors et nous fait passer avec lui dans sa vie… J’ai vécu toutes ces semaines comme très fortement reliées avec mon quotidien, grâce au groupe WhatsApp qui a été très nourrissant. C’était comme une célébration diffuse qui imbibait, une sorte de retraite en silence dans un monde habituel et pourtant suspendu…

Saint-Merry Décembre 2019. ©fc

Et je dois dire aussi que les textes d’évangile suivant Pâques, qui ont beaucoup traité d’Emmaüs et du Bon Pasteur, ont aussi fortement retenti en mon cœur : un petit troupeau pâturait, ça et là, avec un berger attentif à le mener dans les bons coins… 
J’ai découvert aussi des gens que je ne connaissais pas. J’ai eu parfois une impression de Communion des Saints, en particulier quand Jean-Louis ou Cathy, ou d’autres, allaient s’occuper des autres alors que moi je restais chez moi, eux au contact des souffrances et des douleurs, alors que moi j’allais bien. Et puis nous n’avons pas vraiment tourné en rond : nous nous sommes aussi ouverts sur le monde, sur les initiatives, les inquiétudes, des « tuyaux ». Et les discussions ont parfois été chaudes, mais toujours amicales.
J’ai aimé la confiance des gens du groupe, l’appétit de partage, entre gens connus mais aussi entre des gens inconnus, que protégeaient la distance insondable et la froideur mesurée d’un écran : c’est une sorte d’espace, défini tout à fait autrement que celui dont on a l’habitude.
Je remercie particulièrement Dominique de cette initiative qui pour moi était une première, une initiative qui a été si fructueuse, qu’elle va continuer même, alors que tu as dit que tu quittais ton rôle d’administrateur : c’est la première fois que je vois quelque chose d’associatif, reprise sans même se poser de questions, lorsque l’âme du groupe s’en va… Tu as magnifiquement réussi… Non seulement le WhatsApp continue, mais en plus il a fait des petits complémentaires : les 6×6 et les partages sur Zoom qui, j’en suis persuadée, vont continuer… Les messes du mercredi soir vont reprendre peut-être avec plus de monde, et tout autant de chaleur humaine. J’espère pouvoir y venir de temps en temps…! 

Marguerite 

CatégoriesNon classé
  1. Solange de Raynal says:

    Merci pour ces petits morceaux de chroniques qui témoignent si bien de ces richesses que nous avons eu la joie de partager dans nos lieux de confinement; bonne suite au télépartage et au visiopartage qui permettent de poursuivre nos rencontres cet été !
    Toute ma reconnaissance à Dominique et à tous les autres

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.