©fc

Les grandes chaleurs

Dans des billets précédents, il avait été question du réchauffement climatique et de la situation à Hong Kong. Eh bien cet été, en France, le thermomètre est monté encore plus haut qu’à Taiwan. On pourra bientôt planter des ananas à Paris. Quant à Hong Kong, il y fait toujours très chaud, non pas à cause du mercure, mais de la menace de Pékin qui se confirme.

En Amazonie et même en Sibérie, les forêts brûlent. En Suède et au-delà, l’adolescente Greta Thunberg est devenue une icône du mouvement pour la justice climatique, tandis que certains la jugent manipulée. Peu importe.

En Méditerranée, il y a eu des migrants sauvés du naufrage. Eux aussi, ils ont eu chaud ! Quant à la jeune femme capitaine de bateau qui avait pris la décision de les sauver, elle s’est vue arrêtée par la police italienne. Et la xénophobie ne cesse de chauffer les esprits.

Ces types de chaleur relevaient autrefois de registres politiques séparés. Mais on dirait que le temps s’accélère et qu’avec ces grandes chaleurs, tout se fond dans un même magma.

Est-ce le début de la fin comme l’expliquent les « collapsologues » ? Les temps sont-ils accomplis ? (Mc 1)Ou bien comme disait Paul, sommes-nous encore dans « les douleurs d’un enfantement qui dure encore » (Rm 8) ?

Face à tout cela, faut-il garder la tête froide ? Ou s’engager comme une tête brûlée ? Chacun son style. Et malgré ces grandes chaleurs, tout n’est peut-être pas encore complètement cuit. Alors une belle rentrée !

Paul Jobin (à Taiwan)

billet du dimanche 8 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.