©fc

Les Rendez-vous contemporains : une sacrée soirée

L’écoute de chaque musicien est fine et attentive au son de l’autre, l’improvisation nait de cette écoute et de la place que chacun donne à son instrument, à sa sonorité dans cet ensemble.

Dimanche dernier, après midi, l’église est déjà en chantier : des instruments de musique, des câbles, des tables de mixage, des ordinateurs, il y en a partout !

©fc
©fc

Les Rendez-Vous Contemporains préparent la soirée rythmée par trois concerts.
« Hubbub ». première partie.
Un quintet : Frédéric Blondy (piano), Bertrand Denzler (saxophone ténor), Jean-Luc Guionnet (saxophone alto), Jean-Sébastien Mariage (guitare éléctrique) et Edward Perraud (batterie).

L’écoute de chaque musicien est fine et attentive au son de l’autre, l’improvisation nait de cette écoute et de la place que chacun donne à son instrument, à sa sonorité dans cet ensemble.
Hubbub en français se traduirait par brouhaha, vacarme, toho-bohu ou encore tintamarre !
Quelques mots ne ressemblant guère à la finesse et à la subtilité de ce qui a été donné à entendre dimanche soir. Le plaisir des musiciens passait au travers de l’harmonie de ces sons inventés et donnés tout au long de cette pièce.

Pour connaître mieux cet ensemble voir le site des Rendez-vous contemporains.

©fc
©fc

La deuxième partie est consacrée à deux formations différentes e-SaxBow :
Florent Colautti : e-String
François Wong : saxophone électrifié
et l’orchestre de l’ONCEIM (en résidence à Saint-Merry)
Des instruments originaux : l’e-string, ou connus nous donnent des sons, et des harmonies improbables, étranges ou enchanteurs mais qui ne laissent pas indifférents.
On peut être sous le charme, emporté par l’enthousiasme au travers d’un monde autre, ou se sentir hors de ce monde, mais le public, certes des amateurs de toutes générations, nombreux ce soir là, n’est pas resté de marbre et a su montrer son enthousiasme.

©fc
©fc

Saint-Merry a, à ce jour, une belle réputation internationale de concerts de qualité autour de la musique improvisée et ces ensembles en sont la preuve vivante. « Une église de son temps » a été entendu, encore une fois, ce soir là.

Merci aux RVC de m’avoir offert une si belle soirée.

Florence Carillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *