Lettre à Juliette

Très chère Juliette,

Tu viens de nous quitter et nos âmes sont dévastées. Tu viens de nous quitter et nul ne sait. Quels sombres et épais mystères que ta maladie et que ta mort, à 34 ans.

Révoltant. Absurde.

Et pourtant, durant toutes ces années de combat acharné, tu n’as cessé de nous appeler à célébrer la vie, à la chanter, à en mesurer la valeur. Avec ton mari, si battant et enthousiaste, vous avez soulevé une à une les montagnes de chaque nouvelle tumeur, avec une énergie étonnante, désarmante. À tel point que ta mort nous a surpris. 

Nul ne sait désormais, mais combien espèrent.

Je t’imagine face à face avec Dieu, celui-ci berçant ton corps fatigué et séchant tes larmes avec une infinie douceur. Je t’imagine baignée dans un océan d’amour, de lumière, de bonté et de paix. Je t’imagine si proche de ton mari, de ta petite fille, de tes parents, de tes sœurs, de tes amis. 

J’espère en la communion des Saints. 

Que ta vie continue à produire du fruit en nous. Que ton amour vibre dans les cœurs de ceux qui t’aiment. Console-nous quand nous défaillons. Et ne cesse pas de nous rappeler que la vie a du prix et qu’elle vaut la peine d’être vécue. 

Je te serre sur mon cœur,  

Madeleine

Billet du dimanche 5 juillet 2020

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.