L’Évangile comme repère

Ce ne sont pas des chemins bien droits et tracés au cordeau dans lesquels nous sommes invités mais sur une drôle de route avec l’Évangile comme repère.

Jacques Mérienne a-t-il une baguette magique ?
Non certainement pas : ce n’est pas un magicien ! C’est un homme au désir fou de partager ce qui l’habite : la Foi, foi en l’Autre ; en l’autre : les démunis, les parias et toute personne qu’elle soit croisée dans la rue ou au café du coin, en un mot l’homme d’aujourd’hui. La foi, ça se communique !

Sa passion de l’Évangile et de l’humain est, me semble-t-il, le moteur de son action, de sa réflexion. L’art, est l’expression la plus profonde de sa foi.
C’est au travers de l’expression artistique qu’il donne sa confiance, pétrie d’Évangile. C’est cette Parole qui est est mise  au service de tous .

Ainsi Jacques offre à chacun la possibilité de s’exprimer dans sa propre liberté. Mais encore faut-il avoir l’ouïe du cœur et de l’esprit assez fine pour y entendre quelque chose.

Ce ne sont pas des chemins bien droits et tracés au cordeau dans lesquels nous sommes invités mais sur une drôle de route avec l’Évangile comme repère. Un quotidien fait de petites choses et « seuls nos gestes témoignent »

Florence Carillon

2 Comments

  • Un après-midi d’accueil – un jeune passant, (venu des iles ?) apparemment à la dérive, bouteille sous le bras :
    « Madame je voudrais un crucifix » – Ou en trouver un à la sacristie ? ma réponse est négative – quand arrive Jacques, mis au courant -« je vais t’en chercher un » – retour avec le crucifix, un beau – l’homme demande alors – « mon père bénissez-moi » –
    Jacques lui explique « mais tu es béni puisque le crucifix l’est » mais devant son insistance, Jacques le bénit, l’homme lui baise la main – Disant au revoir, Jacques aurait pu lui dire « laisse là ta bouteille » mais il lui a donné un souhait –
    « sois un peu heureux, passe une bonne soirée »
    L’homme n’a pas été « évangélisé » il a reçu  » la parole »
    qu’il demandait – il est parti pour un moment tranquille.

    « Que veux-tu que je fasse pour toi » !

  • Accueil au portail. Un homme assis longuement au dernier rang, âgé, simple, s’approche de moi en partant :
    « Vous savez Madame, je viens souvent ici » – Vous venez prier ? « Non, je ne suis pas croyant du tout, mais quand ma compagne est morte, un jour je suis entré et j’étais bien triste.
    Un homme m’a parlé, il m’a fait du bien – je ne l’ai pas revu, c’était quelqu’un d’ici » – Comment était-il ?  » un grand maigre… Alors depuis………ICI c’est MON église »….

    J’étais triste, vous m’avez consolé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.