©fc

L’inauguration du porche

L’inauguration de la façade restaurée de l’église Saint-Merry, ce jeudi 11 décembre, était à la fois conviviale et solennelle
©fc
©fc

Nous avons ouvert la porte contenue dans ce porche si proche qu’on touche de la main les apôtres serrés sous les pampres de vigne peuplés d’insectes vivaces.

L’inauguration de la façade restaurée de l’église Saint-Merry était à la fois conviviale et solennelle. La conviction que rien ne se fait sans prendre le temps de l’ouvrage soignée, ni sans la coopération des métiers et des excellences, s’imposait simplement à tous à travers les témoignages photographiques (deux beaux diaporama, celui de Thomas qui explore chaque détail, celui de Florence sur « l’avant/après » restauration), les souvenirs des artisans heureux d’être au milieu de ceux pour qui ils travaillent en fin de compte, et même les mots officiels pas trop compassés du maire (Christophe Girard, maire du 4° arrondissement) et de l’évêque, (Jérôme Beau, évêque auxiliaire du Cardinal Vingt Trois) à l’aise au milieu des leurs ouailles et de leurs administrés, qui sont les mêmes. Rappeler que ceux qui ont travaillé dans l’ombre (bureaux d’études, circuits administratifs, financement, logistique et sécurité…) sont aussi les plus nombreux, et leur donner pour une fois la parole (Bureau des édifices cultuels et historiques de la Ville de Paris, cabinet d’architecture Lagneau).

Le sentiment que quelque chose d’important vient d’être fait par une communauté humaine aussi complexe que l’est notre société urbaine, et que cela nourrit notre bonheur de vivre ensemble. Un verre à la main nous sommes tous égaux, au moins le temps de boire. C’est à l’image de la société que nous nous donnons les uns aux autres. Elle repose sur le respect de l’histoire et du patrimoine car nous avons la culture à préserver et l’art à développer ; sur le respect de nos différences car croyants ou incroyants, jeunes ou vieux, puissants ou humbles, nous avons la fraternité pour lien social.

C’est aussi un acte de foi. Les personnages centraux de cette façade sculptée depuis le seizième siècle sont les apôtres de Jésus. Sont-ils toujours actifs en ce monde dans lequel la finale de l’Évangile de Matthieu les envoie ? Pour voir si nous savons les reconnaître un quizz est à votre disposition dans la chapelle de la communion, à défaut de les retrouver dans notre vie où pourtant ils s’agitent encore…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *