Notre-Dame 15 avril 2019 ©fc

L’incendie de Notre-Dame

Comme n’importe quel parisien ce jour-là j’ai été anéanti. Je ne savais pas encore la nouvelle, mais des amis m’ont appelé pour me demander si mon épouse qui travaille justement aux tours de Notre-Dame, allait bien. En sortant du métro place de l’Hôtel-de-Ville, j’ai vu les restes du toit qui achevaient de brûler. J’avais l’impression d’assister impuissant à un crime sous mes yeux. J’ai pleuré comme beaucoup y voyant un présage funeste de l’achèvement de la déchristianisation d’un pays par la destruction de son symbole le plus fort.

Puis en lisant l’histoire de Notre-Dame, j’ai appris que ce n’était pas la première fois qu’elle était atteinte et menacée. D’abord en 1230 elle avait brûlé, puis les révolutionnaires l’avait dévastée et transformée en entrepôt, mais Viollet-le-Duc l’a restaurée et y rajouta, en autres, cette énorme flèche là où il n’y avait rien en 1845. Mais elle est encore là, toujours aussi belle et elle sera restaurée encore.

Enfin, il y eut cet élan incroyable pour la reconstruction, malgré quelques polémiques stériles, la majorité des Français reste très attachée à son patrimoine y compris religieux et quel symbole que celui-là !

Pour certains de mes amis, ce fut une prise de conscience : « nous avons grandi à l’ombre des églises mais en y rentrant peu et croyant qu’elles seraient toujours là. Mais que se passerait-il si elles n’y étaient plus ou oubliées à force de se vider ?»

Même dans cette tragédie, il y a toujours de l’espoir et un appel à reconstruire notre foi et notre Église.

Xavier F.

Billet du dimanche 26 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.