«Ma chair, donnée pour la vie du monde !»

Après avoir nourri la foule avec cinq pains et deux poissons, Jésus disait : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Dimanche 22 juin 2014
Fête du Corps et du Sang du Christ
Année A
P1030129

Lectures :
Livre du Deutéronome Dt 8, 2-3.14b-16a

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1 Co 10, 16-17
Évangile de Jésus Christ selon saint Jean Jn 6, 51-58

Frères,
La coupe d’action de grâce que nous bénissons, n’est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas communion au corps du Christ ?

Mot d’accueil
Bienvenue à chacune et à chacun d’entre vous. Bienvenue aux membres de la communauté, heureux de se retrouver au seuil de l’été, ainsi qu’ à ceux qui se joignent à nous occasionnellement. Si vous venez pour la première fois, si vous êtes là un peu par hasard et que vous nous avez fait l’amitié de rester, nous aimerions que vous vous sentiez chez vous.
Les textes de cette fête du corps et du sang du Christ nous disent comment Dieu nourrit son peuple. Le Deutéronome nous parle de la manne reçue par les Hébreux dans le désert. Recrus d’épreuves, ils sont au bord de la famine. La manne est déjà un pain venu du ciel, mais ce n’est que le pain de la survie.
Le pain de la vie, c’est Jésus lui-même qui se désigne comme tel. C’est le partage de ce pain qui nous rassemble et fait notre unité. Et c‘est le pain de la vie éternelle !
Ensemble, nous allons cheminer pour en découvrir le sens et le goût.
Bonne célébration !

Guy Ringwald

Intentions pour la prière d ‘intercession
Nous voulons te parler, Seigneur, des divorcés remariés. Ils sont privés du pain de vie. Certains qui demeurent tes disciples en souffrent. On a peine à comprendre, Seigneur, que des arguments aux fondements incertains puissent primer sur la parole que nous avons entendue aujourd’hui.`
Nous  te présentons notre prière de fraternité à leur égard. Nous te prions d’inspirer à notre Eglise  une solution conforme à Ta volonté et à Ta compassion.

Ces deux derniers dimanches, des jeunes, qui nous suivent sur le chemin de la foi, ont connu la joie d’une première communion, ou d’une profession de foi. Nous Te remercions Seigneur de nous les avoir envoyés, nous Te prions de les accompagner, et de nous donner la force et le dynamisme de les soutenir par le témoignage.

Régine Ringwald

P1030131

 

Oui, Dieu notre Père, nous te rendons grâce pour ton Fils
Car c’est Lui qui nous rassemble
Autour de cette table aujourd’hui
En nous  faisant  le don de son corps et de son sang
En nous unissant à  toi
Et  en nous ouvrant à l’universalité irréversible de ton amour

Comme le rappelle saint Paul aux Corinthiens
Le pain que nous rompons n’est il pas communion au corps du Christ ?
La coupe d’action de grâce que nous bénissons n’est-elle pas communion au sang du Christ ?

Certes, loin s’en faut que tout cela relève de l’évidence
Mais tu n’agis pas par magie ou en dépit de nos libertés
Le manque de partage des ressources de la planète
Tu le connais
Le manque d’hospitalité dans nos liturgies
Tu le connais

Mais ton Esprit est à l’œuvre en ce monde
Il nous précède de façon étonnante
Surtout, le souvenir de l’Alliance que tu as conclue
Avec ton peuple
Nous donne la seule et bonne orientation pour l’avenir
Le rappel de ta mémoire fait signe
Elle nous ouvre à une attention bienveillante
Les uns vis-à-vis des autres
Elle nous donne de pénétrer dans l’intelligence
De ton projet pour chacun de nous
C’est pourquoi sans fin nous voulons te rendre grace en chantant

Jean-François Petit

Mot d’envoi

Nous voici arrivés au terme de notre parcours. Il a été beau ce parcours, de la sortie de l’esclavage à la Vie éternelle et au banquet eucharistique !
Maintenant le chemin s’ouvre devant nous. Nous sommes envoyés par cette communauté  rassemblée vers le monde, tel qu’il est :
– pour beaucoup de nos frères en humanité, le pain de la survie est encore d’une actualité quotidienne, et cela commence à nos portes ;
– nombre de chrétiens souffrent d’être exclus du banquet ;
– tant de nos contemporains s’en tiennent éloignés : qu’en est-il de notre témoignage ?
– et que dire de nos frères en Christ avec qui nous ne partageons pas le  pain eucharistique : sont-ils moins chrétiens que nous ?
Allons, le Seigneur, comme souvent, n’a pas voulu terminer le travail, Il compte sur nous !
Bon dimanche à tous.

Guy Ringwald

 

 

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *