©fc

Mais qui sont-ils ?

Depuis que je suis à Saint-Merry, j’entends souvent la question des « jeunes » dans la communauté. Certains se demandent comment s’adresser à eux. D’autres crient au jeunisme et souhaitent se concentrer sur les projets existants. Du haut de mes 34 ans, je me pose la question : « Mais qui sont les jeunes d’aujourd’hui » ?

Certains connaissent mon affection pour le courant Steampunk. Qu’est-ce-donc ?
Le Steampunk réunit quelques passionnés de Jules Verne et de l’ambiance esthétique de la fin du 19e siècle. Ils s’amusent à imaginer une science-fiction dans un univers de révolution industrielle. Bien que distrayant, nous parlons bien d’un courant. Car loin de se limiter à un univers esthétique, le courant Steampunk a développé un système de valeurs. S’il prend naissance à l’apparition du consumérisme, il en dénonce la consommation à outrance. C’est son côté Punk.

Pour moi, c’est un bon exemple du « jeune » d’aujourd’hui. À première vue, il s’intéresse à des choses que nous ne comprenons pas. Mais il suffit de s’intéresser à son univers, à sa communauté, pour en comprendre toute la richesse. En creusant, on comprend son système de valeurs parfois proche des valeurs de l’Église. 

J’aimerais citer (pour rester dans le thème) un inventeur de la seconde moitié du 19e siècle : Edwin Herbert Land : « Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée. »

Alors, face aux enjeux du CPHB, comment, jeunes ou moins jeunes, pouvons-nous innover dans notre communauté ?

Laurent B.

Billet du dimanche 24 novembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.