« Maman, demain, y’a pas école, c’est la poussin »

Marine Quenin, maman de la petite fille qui s'exprime ainsi, fondatrice de l'association ENQUETE, nous parle de son souci de parler religions et laïcité avec les enfants, dans un « Parler la bouche pleine ». Jacqueline Casaubon nous explique ensuite ce qu'est « Parler la bouche pleine ».

Dimanche 7 octobre 2018, dans la salle Xavier de Chalendar de l’église Saint-Merry, le public était suspendu aux lèvres d’une jeune femme passionnée, Marine Quenin, fondatrice et déléguée générale de l’Association ENQUÊTE dont le but est de  « permettre aux enfants d’explorer de manière ludique les religions et la laïcité ».

Marine Q. aime à rappeler un mot de sa fille rentrant de l’école voilà quelques années : « Maman, demain, y’a pas école, c’est la poussin ». Les objectifs de l’association, créée en 2010, centrés d’abord sur des  connaissances patrimoniales évolueront  vers une prise en compte des concepts de valeurs et de convictions. Les objectifs de l’enseignement des faits religieux s’articulent alors avec ceux de l’enseignement moral et civique qui intègrent les notions de laïcité, de liberté de conscience, de pluralisme de convictions. La pédagogie d’ENQUÊTE reste, elle, toujours la même : apprendre par le jeu, distinguer le croire et le savoir, générer un espace pour le questionnement dans un temps long où le débat est roi et tout prosélytisme banni.

ENQUÊTE s’adresse aux jeunes de 8-10 ans, capables déjà de manipuler des concepts abstraits et très ouverts aux questionnements métaphysiques. Les secteurs périscolaires et extrascolaires ont été les premiers à ouvrir leurs portes.L’Éducation nationale accorde en février 2015 son agrément à ENQUÊTE après les attentats de janvier. Marine Q. ne cache pas que son action rencontre aussi des freins chez certains enseignants plus ou moins tétanisés par la peur des parents dont certains sont également pour le moins sceptiques par rapport à cette démarche, la perspective de « conflits de loyauté » étant à prendre en compte.

La question difficile de l’évaluation des activités diverses d’ENQUÊTE est abordée. Parmi les outils d’évaluation, un ambitieux projet d’étude d’impact se prépare avec le choix d’une ville de 50.000 habitants et un groupe test de 2.500 élèves.

Chacun d’entre nous, d’une manière ou d’une autre, éducateur et citoyen, peut glaner avec profit des pistes d’animations qu’ENQUÊTE propose avec une pédagogie originale et un projet éducatif qui conjugue liberté, créativité, non-violence, citoyenneté et fraternité.

Jean-Marc Noirot

Pour en savoir plus sur ENQUÊTE : enquete.asso.fr
Plaquette de présentation : http://www.enquete.asso.fr/enquete-cest-quoi/
Livre blanc : http://www.enquete.asso.fr/wp-content/uploads/2018/09/LIVRE_BLANC_32PAGES-web.pdf

 

« Parler la bouche pleine…», un événement, une rencontre ?

Oui, c’est bien une rencontre sur un sujet d’actualité, un évènement qui surgit, la sortie d’un livre présenté ou non par l’auteur, un récit de voyage… Suite à l’exposé du sujet qui n’est pas une conférence, il est proposé un échange. Une forme d’accueil à l’autre.

Toute personne  de la communauté est invitée à faire des propositions et, bien sûr, à inviter des amis de diverses cultures, croyants et incroyants.                 S’adresser au secrétariat de Saint-Merry, (saint-merry@orange.fr) qui transmettra le message à Jacqueline Casaubon ou à Geneviève Piot-Mayol et Pietro Pisarra qui sont ses coéquipiers.

Cela a lieu le dimanche après la Célébration de 11 h 15, pendant 1 heure et demi environ, dans la salle Xavier de Chalendar réservée à l’avance par le secrétariat. L’annonce figure sur la feuille de chants trois semaines avant, elle pourra se faire également sur la Lettre d’information.

Cette année 2018,  il y a eu six «  Parler la bouche pleine ». À chaque séance une vingtaine de personnes environ. Un compte rendu est envoyé avec la Lettre d’information.

 

 Jacqueline Casaubon

« Parler la bouche pleine » : Une appellation étrange, qui vient de l’horaire choisi : sur l’heure du déjeuner pour le commun des mortels français…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.