Manifeste

Une montée des peurs entraîne dans la société une grave remise en cause du « vivre ensemble ».
En particulier, elle se concrétise à la fois par un repli communautaire et un rejet de la religion du voisin. Face à cette dangereuse tendance à la négation de l’altérité qui participe au fondement de l’humanité, des communautés religieuses incluant des chrétiens, des juifs, des musulmans, des hindous et des bouddhistes ont posé ensemble, le 28 mai 2016, un acte fort de paix et de fraternité, de liberté et de responsabilité.

Fort du succès de la première édition en 2016 (2500 participants), et à l’invitation du Centre Pastoral Saint-Merry à Paris et du mouvement Coexister, une troisième édition de la Nuit Sacrée est organisée dans la nuit du dimanche 20 mai au lundi 21 mai 2018 (week-end de Pentecôte).  De 19h à 7h du matin, chaque chorale des différentes communautés religieuses chantera Dieu ou le sacré selon son répertoire.
Il s’agira de vivre un grand moment d’ouverture et de spiritualité par le langage du chant et de la musique, et d’affirmer ainsi que personne n’est propriétaire de la transcendance.

Dans l’expression de la foi, il ne peut y avoir de place pour la violence.
L’ennemi de l’homme, c’est l’ignorance et l’indifférence.
La paix de demain passera par la rencontre et le dialogue entre les différentes traditions convictionnelles et leur action en faveur du bien commun.

Les signataires de 2016 et 2017 auxquels s’ajouteront ceux de 2018
Daniel Duigou, prêtre responsable du Centre Pastoral Saint-Merry, curé de la paroisse Saint-Merry
Collectif Coexister
Communauté de Taizé
Rabbin Philippe Haddad, ULIF- Copernic
Bruno Fraitag, Vice-Président ULIF-Copernic
Tarik Abou Nour, Imam, théologien, doctrine Malikite. VSMF et artisan de la paix
Moulay Mounir El Kadiri, représentant de la Tariqa Qadiriyya Boutchichiyya en France et en Europe, VSMF
Cheikh Khaled Bentounes, Guide spirituel de l’ordre soufi Alâwî – AISA ONG Internationale
Vénérable Miaoda, Temple bouddhiste Fo Guang Shan