Manifs cathos

Contrairement à ce qu’avaient proclamé les organisateurs, il n’y a pas de candidats « Manif pour tous » aux élections municipales, même... à Versailles. Peut-être aux européennes... Preuve de la difficulté de prolonger un mouvement protestataire et de le concrétiser en réalité politique autonome. La chronique d’Alain Cabantous

Rassemblement la manif pour tousContrairement à ce qu’avaient proclamé les organisateurs à la fin de l’année 2013, il n’y aura pas de candidats « Manif pour tous » aux élections municipales même…. à Versailles. Peut-être aux européennes avant un prochain démenti. Preuve de la difficulté de prolonger un mouvement protestataire et de le concrétiser en réalité politique autonome. Ce constat un peu amer pour les acteurs ne saurait être une surprise. En effet, les grands soubresauts du monde catholique français entre 1906 et 2013 n’ont jamais donné naissance à des partis originaux et se sont toujours appuyés -volontairement ou naïvement- sur des formations conservatrices qui tentaient de porter leurs revendications par conviction comme par opportunisme.

Que ce soient les résistances aux inventaires des biens d’Église en 1906, prévus par la loi de Séparation, les protestations contre la politique laïque du Cartel des gauches en 1924-1926 ou la défense de l’école privée en juin 1984, ces grandes manifestations catholiques, à l’instar de la Manif pour tous, présentent des similitudes intéressantes. Il s’agit à chaque fois de se dresser contre un gouvernement de gauche en mobilisant les fidèles via le relais des paroisses et des clercs ; parfois même en structurant le mouvement comme lors de la mise en place, en 1924, de la Fédération nationale catholique dirigée par le général de Castelnau et fondée « dans l’intérêt de la religion, de la famille, de la société et du patrimoine national ». Comme si, s’agissant de l’éducation ou de la famille, il y avait « des catholiques pour qui ces questions ne peuvent tout simplement pas relever du périmètre de la loi » (Anthony Favier), et ne sauraient faire l’objet d’un traitement démocratique. Une position d’assiégés, totalement défensive reflétée dans la désignation même des groupes chargés de suivre et de maintenir la mobilisation à travers « les comités de vigilance » (1984) ou « les sentinelles » (2013) . Pareils soubresauts renforcent sensiblement l’intransigeantisme et constituent toujours une aubaine pour les groupes de la droite la plus extrême. Ce qui a permis, en 2013, aux officines traditionalistes de pouvoir enfin chanter Chez nous soyez Reine sur la voie publique et devant les caméras. Mais si les médias ont pu alors renvoyer à la population une image très « communautariste » du catholicisme français, ils ont beaucoup moins insisté sur l’absence d’unanimité à la fois sur le fond comme sur la forme. Tant au sein de ce mouvement assez hétéroclite qu’à l’intérieur de l’Eglise en France. En effet, déjà en 1924, avec les démocrates chrétiens, en 1984, avec le catholicisme de la deuxième gauche, voire en 1999 à propos du Pacs, une frange non négligeable des fidèles romains a refusé de se joindre à ces expressions protestataires parce que la loi remise en cause ne heurtait pas leur conscience de croyant.

Cette situation, que bien des évêques ou des curés ont fait semblant d’ignorer hypocritement, est encore plus vraie au regard de « la Manif pour tous » qui présente sur ce point comme sur d’autres quelques singularités : la communication assez déstabilisante pour certains portée par l’une des égéries hier les plus en vue des nuits parisiennes mais surtout adepte de l’union civile pour les homosexuels ; les modalités d’action, héritées de mai 68 avec l’usage immodéré des sit-in ou la dimension festive des cortèges; la tentative de prolonger la contestation à travers la polémique très maladroitement engagée sur le « genre » alors que la loi est déjà appliquée (contrairement à 1924 et 1984) Tout cela donne à ce « retour » du/ d’un catholicisme en politique un aspect plus qu’insolite. Reste qu’aujourd’hui le poids de la religion est devenu beaucoup moins fort qu’au cours du siècle précédent, que le raidissement très pro-life révélé par la Manif est loin de faire l’unanimité et que la récupération politique par l’actuelle opposition a heureusement tourné court. Avec quelque espoir gourmand, les organisateurs de 2013, comme jadis feu le général de Castelnau ou les Jeunesses patriotes, nous promettent une suite. Mais laquelle ?

<

p style= »text-align: right; »>Alain Cabantous

2 Comments

  • Monsieur Cabantous bonjour,
    Je n’ai pas bien compris le message de votre texte « le passé a encore de l’avenir. Manifs Cathos. » Que signifie ce titre?
    Vous qualifiez les manifestations de la Manif pour tous de 2013 de grandes manifestations catholiques. Ne serait il pas plus juste de les qualifier de grandes manifestations des catholiques traditionnalistes? En effet en quoi la Manif pour tous est elle autorisée à parler au nom de l’ensemble des catholiques de France? Avez vous lu les sondages qui montrent qu’une très grands proportion des catholiques de France est favorable au mariage des couples de même sexe?
    Dans votre introduction vous montrer le lien entre les catholiques français et les partis politiques conservateurs. N’est ce pas simplificateur? Moi qui suis breton je peux vous dire que les catholiques bretons ont été depuis le seconde guerre mondiale des artisans du changement et que sans l’adhésion de catholiques aux partis de gauche, la Bretagne serait restée une région conservatrice. Ce qui n’est plus le cas. Vous semblez dire qu’il est dans la tradition catholique de se « dresser contre les gouvernements de gauche ». Ne faut il pas reconnaître que de nombreux catholiques ont contribué à la victoire de François Mitterrand et de François Hollande?
    Vous exprimez dans votre introduction de l’amertume devant le fait que la manif pour tous n’ait pas réussi à se constituer en force politique pour les élections municipales; dans votre conclusion vous interpelez les organisateurs de la manif pour tous, pour qu’ils donnent une suite aux manifestations de 2013. Exprimez vous là le point de vue de la paroisse de St Merry?

    • Monsieur,
      Il me semble que je me suis mal exprimé ou que vous avez (très) mal lu mon propos. Jusqu’à me préter des propos qui sont autant de contresens.
      Je reprends point par point votre commentaire:
      1)Il n’y avait pas que des « traditionalistes » dans la manif pour tous
      2) Tout à fait d’accord, La Manif pour tous n’a pas à parler pour l’ensemble des catholiques de ce pays et je l’ai exprimé
      3)A propos des catholiques d’accord pour le mariage des homosexuels, c’est dit explicitement
      4) Non. je maintiens que 80 % des catholiques « pratiquants » votent à droite (voir l’élection présidentielle de 2007 et de 2012)même si les catholiques les plus engagés votent à gauche (cf. les travaux de JM Donégani)
      5)J’ai bien sûr été attentif à la sociologie politique de la Bretagne qui a basculé à gauche depuis les années 1970 et sous l’influence mais pas seulement de l’Action catholique. Mais si la région continue à voter à gauche, elle est de moins en moins catholique
      6) Aucune amertume dans l’introduction bien au contraire. Contresens total puisque je ne regrette pas la faillite de la Démocratie Chrétienne italienne et moins encore les vains efforts de madame Boutin avec son part chrétien démocrate. Il ne peut/pluspas y avoir de parti catholique
      7)Je ne demande aucune suite bien au contraire, La loi est votée et appliquée. Mais je m’interroge sur ce que les organisateurs initiaux pourront proposer. Et ce n’est en rien la position de St Merry puisque ces textes n’engagent que leur auteur.
      8) relisez mon texte critique à l’égard de ce mouvement et n’oubliez pas le sens général de ce blog: Lire certains éléments du présent à la lumière du passé, entre similitudes et différences. C’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.