Manquer de quoi ?

Une amie m’a livré cette citation de Mozart au détour d’une conversation : « C’est brillant, mais ça manque de pauvreté ».

Depuis, je ne peux pas m’ôter cette expression de l’esprit. Je ne sais pas ce à quoi Mozart l’appliquait et n’ai pas fait de recherches. Je suis sculpteur et je l’ai immédiatement utilisée comme outil d’analyse et de critique esthétique.

Pour les œuvres en cours et les œuvres en général, observant les céramiques japonaises qui m’intéressent en ce moment, ou convoquant l’Arte Povera…

Mais le champ d’utilisation de cette expression prégnante, comme une nouvelle grille de lecture du monde, s’est élargi à la mesure de la richesse conceptuelle de cet étrange, presque contradictoire rapprochement de termes.

Combien de carrières, de réussites, de réalisations sont jugées brillantes, ou nous sont présentées comme telles. Et ce plat trop riche, trop nourrissant, dans notre assiette trop pleine…

Il leur manque quelque chose… Alors je pense aux Évangiles, aux énigmatiques citations du Christ, à cette proposition d’appréhender la réalité comme par en-dessous, avec plutôt moins que plus, du manque plutôt que du trop…

Cette expression ne cesse de me faire penser, je n’ai pas encore épuisé les champs de réflexion qu’elle nous offre.

Et vous, à quoi l’appliquerez-vous ?

Raphaël de Villiers

Tags from the story
, , , ,