U

Une marche multiconfessionnelle pour les Rohingyas

 

Bussy-Saint-Georges 10/12/2017 © Le Parisien

Direction Bussy-Saint-Georges presque au bout d’un segment de la ligne A du RER, juste avant Marne-la-Vallée. Cette commune comptait 500 habitants en 1980 et en accueille plus de 26000 aujourd’hui. Affublée de l’adjectif “cosmopolite“, stigmatisée comme “ville-dortoir“, Bussy-Saint-Georges possède une particularité rare : « l’Esplanade des religions et des cultures ». Appuyée par l’UNESCO, cette initiative voit pousser sur un vaste terrain, les uns à côtés des autres, plusieurs lieux cultuels et culturels : deux pagodes bouddhistes, l’église catholique Notre-Dame-du-Val, une mosquée et une synagogue logée actuellement dans un préfabriqué. A tel titre que le maire se prend à rêver, en souriant : « Un jour, nous obtiendrons le Prix Nobel de la Paix ».

En attendant, plus d’une centaine de personnes ont répondu à cet appel d’une « marche pour la paix en Birmanie » initiée par les bouddhistes taïwanais du temple Fo Guang Shan et de la Pagode Lao Velouvanaram, pour se désolidariser des extrémistes birmans et dénoncer leurs exactions à l’égard des Rohingyas comme le pape François lors de son récent voyage.

Avertis par un article paru dans La Croix datée du 7 décembre, faute d’avoir pu prévenir l’ensemble de la communauté du Centre Pastoral, nous n’étions que trois pour manifester notre solidarité. Mais, un voyage à Bussy-Saint-Georges serait certainement à organiser afin d’y rencontrer ces diverses spiritualités et de bénéficier de leur expérience du « vivre ensemble ».

Danielle & Michel Bourdeau
Bruno de Benoist

CatégoriesNon classé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.