dav

Messe à Fleury-Mérogis, les 5èmes dimanches de l’année

Partir vers Fleury, en toute liberté ! Comme pour un voyage vers des terres lointaines, il faut se lever tôt, quitter son chez soi avant 7 h pour être au RV de 8 h. A la différence d’une aérogare, Fleury n’est pas desservi par les transports en commun.

Ce dimanche 30 septembre, nous arrivons donc à Fleury en voiture, à l’aube d’une belle journée ensoleillée. Loan et sa guitare, Gabriel et sa clarinette, Claire et Eliane, avec 60 roses, autant de feuilles de chant et de feuilles des textes de la liturgie du jour, en français, en anglais, en espagnol, en portugais, en italien, mais aussi en roumain, en russe et en tamoul.

Notre petite équipe de Saint-Merry, avec Dominique Lambert qui présidera la messe, retrouve Alix et Pierre Irénée, de l’aumônerie de Fleury.

Passés les contrôles de nos cartes d’identité à l’entrée – un peu long, nous étions prévenus -, le passage du portique – bien connu depuis Vigipirate -, la traversée des sas, de la grande cour intérieure, nous entrons au bâtiment D2 et rejoignons promptement la grande chapelle/salle polyvalente – tous les bâtiments comportent une telle salle.

Installation sans délai de l’autel, de l’ambon, les instruments sortis, nous accueillons en musique et chants, les hommes de tous âges et horizons qui ont choisi ce temps de prière et de partage. Messe ou promenade, qu’aurions-nous choisi ? 60 s’étaient inscrits, une quarantaine sont présents, mais la vingtaine qui manque est sans doute privée de l’une et de l’autre.

Brève répétition de chants, et le grand crucifix porté par l’un d’eux, accompagné de porteurs de bougies, arrive solennellement du fond de la salle. Il est élevé derrière l’autel.

Christ, notre frère, peut rejoindre le cœur de chacun et donner corps à ce mot de fraternité. Nos frères de ce matin assurent les lectures en français, puis dans l’une des langues les plus parlées dans l’assemblée. Quelques-uns s’expriment brièvement après l’homélie de Dominique, ou formulent une prière dans leur langue, ponctuée par notre refrain « Entends nos prières, entends nos voix ».

Toutes nos voix se mêlent en une grande polyphonie, parfois méditative (« Tu fais ta demeure en nous Seigneur »), plus souvent rythmée (« Gloire à Dieu »), jusqu’aux battements de main du chant final lancés par Claire (« Nous devenons chemin »).

Le temps de la communion – les uns à côté des autres autour de la salle, nous communions ensemble au même moment – incarne ce corps que nous formons et qui transcende toutes les barrières. Les roses distribuées en fin de célébration permettent d’échanger sourires et quelques mots, dans le prolongement du geste de paix de la célébration.

La grande majorité sont heureux de se retrouver et de se parler : les promenades se font par étages, la messe réunit jusqu’à trois étages ! Nous disons au revoir à tous, étant libérables avant eux.

De retour devant l’entrée de Fleury, quelques photos pour garder la trace de cette belle matinée et se donner rendez-vous le 30 décembre, peut-être avec vous ? ou fin mars, ou fin juin.

Eliane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *