Migrants et non migrants : se reconnaître dans le regard de l’autre

Autour d’un plat et au-delà des frontières et des langues, les joies simples de l’échange, de la confidence, du rire, de la danse. Rencontre du Réseau Chrétien-Immigrés le 25 mai dernier à Saint-Merry.

La sensibilisation à l’accueil de l’étranger constitue le cœur des orientations du Réseau Chrétien-Immigrés. C’est ainsi qu’il a organisé le 25 mai dernier, à St Merry, autour d’un buffet, une rencontre entre une dizaine de personnes de St Merry qui s’intéressent aux migrants et quelques migrants et leurs amis, rencontrés aux cours de français à la mairie du 4ème ou aux dîners du jeudi du Goût de l’autre, ou encore dans les files d’attente de la permanence juridique qui les aide à régulariser leur situation.

Autour d’un plat et arepas RCI 2014u-delà des frontières et des langues, les joies simples de l’échange, de la confidence, du rire, de la danse.

Dans les échanges, on a évoqué bien sûr les difficultés, le logement insuffisant, trop cher, trop loin, la pénibilité des colocations où on s’entasse, le travail difficile à trouver et le français difficile à apprendre… Les non migrants les ont écoutés avec attention, ont donné des adresses, des tuyaux, ont noté leurs noms. Ont promis d’être vigilants. « Pour que ces rencontres soient bénéfiques il faut qu’elles se multiplient, que les français aillent plus loin et se donnent la peine de découvrir ce dont chaque famille a besoin pour mieux s’insérer dans la société » pense Jacques D. qui s’intéresse particulièrement à la scolarité des enfants.

Joie de retrouver des anciens du cours de français, maliens et brésiliens, qui ont bien progressé dans leur insertion en France, de discuter avec ceux qui aujourd’hui s’efforcent d’apprendre, avec une cinquantaine d’autres élèves de plus de vingt origines différentes.

Occasion aussi pour ces hrepas RCI 2014 - 2ommes et femmes courageux de parler de leur famille, de leur pays, dévoiler aussi l’intérêt qu’ils ont pour ces français qui les protègent, bien au-delà de l’aide qu’ils peuvent en attendre, loin de toute indifférence. Et sortir ainsi du souci de leur propre vie.

Ce même jour, le FN devenait le 1er parti de France, en prétendant que les immigrés augmentent le chômage, ou vivent de la générosité de l’état providence… dans un contexte gouvernemental où la politique migratoire de la France n’est absolument pas favorable à nos amis… Le RCI n’a pas fini de mobiliser les élus….

Mais la rencontre bien loin d’être gâchée par ces sombres nouvelles prit un tour joyeux avec la musique de José et ses amis brésiliens : alors on a dansé !

Michèle Dauger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *