Mon cœur déborde de joie

Jésus ayant aimé les siens
qui étaient dans le monde,
les aima jusqu’au bout.

Dimanche 24 juin 2018
Première communion
Textes différent du calendrier liturgique
1 Lettre de Paul aux Corinthiens 11 , 17-34
Évangile de Jean 13,1-20

Pénélope,
Iris,
Romain
participent pour la première fois au repas du Seigneur

Mot d’accueil

Bienvenue à vous tous, habitués ou de passage à Saint Merry !
Nous accueillons aujourd’hui, avec une grande joie, Pénélope, Iris et Romain qui participent pour la première fois au repas du Seigneur, avec toute notre communauté. Bienvenue à eux trois, à leurs parents, parrains et marraines et leur famille. Une première fois, Pénélope, Iris et Romain, vous avez été accueillis le jour de votre baptême dans cette communauté de Saint Merry pour Iris et Romain, ou dans une communauté voisine, à notre Dame des Champs pour Pénélope. Vous avez grandi… Du lait du petit nourrisson vous êtes passés à une nourriture plus consistante ! Vous participez aujourd’hui à ce qui constitue notre communauté, à ce qui constitue l’Eglise. Vous êtes invités au repas du Seigneur. En partageant tous ensemble le même pain, nous devenons le même corps, un seul corps, le Corps du Christ.

Pour entrer dans la célébration nous faisons ensemble le signe de la croix, comme aiment le faire les enfants de l’éveil à la foi :

Avec Marius :

Il y a le haut, il y a le bas
Il y a la gauche, il y a la droite
Il y a le ciel, il y a la terre,
Il y a un bout du monde, il y a l’autre bout du monde
D’un bout du monde à l’autre bout du monde
La croix unit les hommes entre eux
De haut en bas et de bas en haut
La croix unit les hommes à Dieu.
Quand je fais sur moi le signe de croix,
C’est tout entier, Seigneur, que je m’ouvre à toi.

 

Petit Commentaire

Il n’y a pas de texte parfait. Ces deux textes, lus habituellement le jeudi saint, la célébration de la Cène du Seigneur, disent les fondamentaux de l’eucharistie. A l’époque de Jésus, les repas étaient très codifiés chez les juifs et chez les non juifs. On ne mangeait pas n’importe quoi et surtout pas avec n’importe qui. Jamais les femmes avec les hommes, les maîtres avec les esclaves, les riches avec les pauvres. C’étaient les repas par corps de métier, par quartier, par confréries politiques ou religieuses. Le repas chrétien apparaît comme l’exemple de ce que l’on ne doit pas faire : tout le monde mélangé… C’est le règne et le royaume de la diversité assumée et cultivée. Ceux qui mangent un même pain, forment un seul corps. Ce n’est pas pour entretenir l’exotisme ou flatter le goût du bizarre ou de la nouveauté à tout prix. C’est pour faire droit au logiciel du chrétien, des participants de cette étrange table : servir, assister, secourir, soutenir, servir. Chacun avec ses moyens mais avec honnêteté et pureté du cœur. Pour le bien de tous.

Jesus Asurmendi

Prière universelle :

Pénélope : Seigneur je te prie pour ma famille et pour toutes nos familles.
Je te prie pour tous les enfants malheureux, abandonnés, ou séparés de leur famille.

Iris : Seigneur je te prie pour que tous les enfants soient aimés, et respectés dans leur fragilité.

Romain : Seigneur je te prie pour toutes les familles qui sont déchirées par la disparition de l’un des leurs,
au cours des attentats et des guerres.

Méditation à la manière d’une prière eucharistique

Dieu notre père, nous te remercions pour l’invitation que nous as adressée en ce beau dimanche d’été. Invitation à partager le repas de notre Seigneur Jésus, ton Fils. Un dimanche d’été qui nous rappelle la beauté et la bonté de la création, de la nature que tu nous as offerte. Merci pour ce soleil qui réchauffe nos cœurs et illumine nos journées après tant de semaines de grisaille. Merci pour le chant des oiseaux qui remplissent l’air de leurs mélodies, pour les vols des martinets et autres, déchirant le ciel de leurs incessantes trajectoires.
Merci aujourd’hui pour avoir invité à partager le repas du Seigneur trois nouveaux convives : Iris, Pénélope et Romain. Trois belles pousses, bien solides et pleines de promesses. Ils sont ainsi des nôtres, nous sommes tous, ensemble et différents, membres du corps du Christ, ce Christ que tu nous as envoyé pour nous donner un horizon, de l’espoir et du ressort, et pour pouvoir devenir par Lui des frères en humanité, et des frères dans et par la foi. Pour tous ces bienfaits, pour tous ces cadeaux, pour Lui et par Lui, nous te chantons.

La table, le repas qu’il nous a donné a pris corps le lendemain de cette célèbre cène, mais dans un scénario différent : dans la croix, dans le don total de sa vie, répandue pour nous en mourant sur la croix. Il s’est donné à tous les hommes, corps et âme, entièrement. Et ton Esprit n’est pas resté inactif ou endormi. Il l’a ressuscité et a fait du ressuscité Le Ressuscité pour toujours et à jamais. Que ce même Esprit vienne sur ces offrandes et fasse de ce pain et de ce vin les signes de la présence du Ressuscité parmi nous, les signes visibles du Corps et du Sang du
Christ, ton Fils, notre Seigneur. Comme i nous a dit de faire, nous le faisons : nous faisons le mémorial de sa vie, de sa mort et de sa résurrection. Et nous l’attendons dans la noie de l’espérance. Partager le repas du Seigneur dans la diversité d’origine, de profil et de projets
est bien sympathique, mais ce n’est pas tout. LE projet qui découle de ce repas, de la mort et de la résurrection de ton Fils, donc de son mémorial, n’est autre que le service des autres. Pour ce faire nous devons former un seul corps. Que l’Esprit vienne à notre aide et fasse de tous ceux qui partagent le repas du Seigneur et particulièrement aujourd’hui Iris, Pénélope et Romain, un seul corps et un seul esprit, le Corps du Christ. Une Eglise dont l’horizon et le ressort ne soient autre, que le service de tous, les plus fragiles, les plus faibles, les plus pauvres. Nous te prions pour l‘évêque de Rome, François, et pour l’évêque de Paris, Michel, ainsi que pour tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, servent leurs frères, comme par exemple ceux qui aident les migrants perdus et rejetés en mer et dans la mer. Pour les morts et les vivant, nous te prions.

Jesus Asurmendi
Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.