N’abandonnons pas l’Europe !

Les enjeux des élections européennes qui se dérouleront en France le 25 mai prochain sont clairs. Comme citoyens, mais aussi comme chrétiens, nous éprouvons combien l’idéal européen correspond aux valeurs qui fondent nos engagements dans le monde d’aujourd’hui. L’Union européenne est notre bien commun


europe 1
Les élections européennes sont dans seulement quatre semaines. Parmi les premiers sondages, certains ont donné gagnant le FN et le parti des abstentions.

Si le mot « résurrection » a un sens pour nous, de même pour le mot « fraternité » qui nous mobilise tellement, c’est en croyant en un Dieu qui appelle l’homme à prendre la parole, et, par-là même, à agir, en faisant quelque chose de la liberté qu’il a reçue, et de sa responsabilité. N’abandonnons pas l’Europe ! L’événement de la foi, celui du Ressuscité, ne peut pas ne pas s’inscrire dans une démarche politique, se vivre au risque du politique.

Le « groupe Actualité » de Saint-Merry a rédigé un communiqué qui a été transmis à la presse. Nous le publions ci-après.
C’est une invitation à débattre ensemble sur les valeurs de l’Europe.
Un « Parler la bouche pleine » est prévu le dimanche 18 mai, juste une semaine avant les élections.
C’est aussi une invitation à réagir sur ce site. Les contributions sont les bienvenues.

 

Les enjeux des élections européennes qui se dérouleront en France le 25 mai prochain sont clairs. Il s’agit de choisir les député(e)s qui, pendant cinq ans, nous représenteront au Parlement européen. Pour la première fois, ils auront à élire le président de la Commission européenne.
Nos choix seront décisifs. Ou bien nous porterons nos voix sur des candidats susceptibles de donner une impulsion nouvelle à la politique européenne.
Ou bien des forces destructrices l’emporteront : eurosceptiques, ultra-nationalistes, populistes, anti-européens… Et, si nous refusons cette seconde issue, il convient avant tout de ne pas s’abstenir.

Comme citoyens, mais aussi comme chrétiens, nous éprouvons combien l’idéal européen correspond aux valeurs qui fondent nos engagements dans le monde d’aujourd’hui. Certes il y a parfois loin entre les intentions et les actes. Faudrait-il pour autant renoncer ? Bien au contraire, sortons du doute et osons réaffirmer nos valeurs afin qu’elles inspirent des politiques nouvelles.

Nous voulons un Parlement qui fonde réellement l’Europe sur la première de ses valeurs : la «dignité de la personne humaine». Pour cela, elle doit renforcer la solidarité vis-à-vis des plus pauvres, mieux accueillir les exilés et les migrants, assurer une meilleure protection sociale des plus faibles…
Nous voulons un Parlement qui refuse de laisser le marché s’imposer et qui participe à «mettre l’économie au service de l’homme et de tous les hommes» comme déjà en 1967 le prescrivait l’encyclique Populorum Progressio.
Nous voulons un Parlement qui conduise l’Europe à maîtriser l’exploitation des ressources naturelles et à engager des initiatives écologiques respectueuses des générations futures.

L’Union européenne est notre bien commun, patiemment tissé depuis le milieu du siècle dernier. Au-delà de ses apports pour les peuples qui la constituent, l’Europe est attendue au niveau international afin de promouvoir la paix et la solidarité.
Aujourd’hui, nous, parmi 500 millions de citoyens, portons au Parlement européen des député(e)s issu(e)s de formations politiques ayant la vision d’une Europe unie autour de ses valeurs fondamentales.

Le Groupe « Actualité »

Lire aussi :
Le discours de Daniel Cohn-Bendit

Tags from the story
, ,

2 Commentaires

  • Merci et d’accord avec l’initiative et le contenu de la lettre destinée à la presse.

    A qui a-t-elle été envoyée et y a -t-il des réactions?

    Le »parler la bouche pleine »peut être prometteur si d’ici là les médias prennent la peine de détailler vers quoi nous infléchissons l’Europe en votant : vers plus de démocratie par exemple? Nous sommes sous la coupe actuellement des grands groupes et financiers mondiaux avec potentiellemnt la mise en place du grand marché transatlantique « TAFTA ».
    Nous aurions droit au « plus haut niveau de libéralisation tel qu’il existe dans les accords existants » tout en poussant à son paroxysme une concurrence dite « libre et non faussée ».!!
    Nous sommes témoins et pour beaucoup victimes de cette fameuse concurrence.
    Pas de démocratie à Bruxelles actuellement ou si peu.
    Par quel biais pouvons-nous interroger et qui, sur la tentative d’adoption d’un accord transatlantique sur le commerce et l’investissement, dit TAFTA.
    Le candidat de l’ile de france à l’élection européenne est Monsieur Alain Lamassoure (UMP). L’autre personnage à interroger serait le président de la république.
    Que peut-on espérer?….. A la question « que puis-je faire? »A cette seconde question, je réponds: »je voterai » mais…sans doute en trahissant mes convictions et le fameux idéal européen.

  • Merci DANY d’avoir si bien vieilli !
    une parole toujours jeune, intelligente, prête à lutter, comprendre, convaincre, à dépasser le « prêt à porter  »
    Merci d’avoir gardé ce même sourire au fond des yeux…..
    voici quelques dizaines d’années, tu nous faisais un peu peur….
    aujourd’hui on te dirait presque ….

    Pourquoi tu nous quittes ? « REVIENS DANY »…………..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *