Et nous à Saint Merry, que voulons-nous faire ?

Ce temps de jeûne du 1er février était centré sur nos réactions à la lecture du texte de la conférence des évêques : le Kaïros planétaire, le changement climatique, un moment opportun pour bâtir un monde commun. Et nous à Saint Merry, que voulons-nous faire ? D'abord impliquer la communauté à travers...

Dimanche 1er février à 20h00, malgré le froid une trentaine de personnes étaient réunies à St Merry pour une soirée de jeûne pour le climat.

L’occasion de donner d’abord des nouvelles des différents groupes qui participent au mouvement du Jeûne pour le climat » sur Paris et de leur action : un groupe de la paroisse Saint Jean Baptiste de la Salle dans le 15ème arrondissement a l’intention de faire un plaidoyer pour le climat, un autre groupe à Ménilmontant a fait une information à l’heure du déjeuner aux passants sur leur parvis, et prévoit une conférence le 1er mars. Laura Morosini de Chrétiens PML_036 - Copieunis pour la terre propose une lettre à adresser aux députés. Nous continuerons de vous tenir au courant des diverses actions lancées ici et là.

La réunion était centrée sur nos réactions à la lecture du texte de la conférence des évêques sur le Kaïros planétaire. Le changement climatique, un moment opportun pour bâtir un monde commun, texte rédigé par le conseil famille et société et avec l’aide de Justice et Paix. Certains ont trouvé le texte trop complexe, trop convenu, pas assez impliqué dans le langage d’aujourd’hui. Le but de ce texte est cependant de montrer en quoi la question climatique interroge aujourd’hui les chrétiens ? Qu’est-ce qu’un modèle de vie bonne ?

Toucher à la nature, au climat impose de toucher à la vie sociale. Le modèle de développement est en jeu, nos relations Source 2013 Pmlaux autres, à la solidarité sont forcément impactées. Il ne s’agit pas que d’écologie.

Et nous à St Merry, que voulons-nous faire ? Quelles actions lancer ?

D’abord impliquer la communauté dans cette démarche à travers nos célébrations, susciter un parler la bouche « vide » (sic), peut-être faire des fiches sur des réalisations pratiques, participer à la rubrique sur le site internet « solidarité à portée de main », trouver des moyens de témoigner de l’urgence de cette prise de conscience.

Si vous avez des idées d’action ou connaissance d’actions en cours, n’hésitez pas à nous en faire part.

Les commentaires sont donc les bienvenus !

NT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *