©fc

Nous jurons, ils sacrent

Les Français de France, quand ils sont en colère, indignés ou simplement surpris, s ‘appuient sur la scatologie. Le gros mot le plus utilisé a cinq lettres et signifie excrément. Certains le remplacent par Cambronne, preuve de leur culture historique. À côté de ce must, les « crotte », « crotte de bique », « chiotte » font pâle figure. Il nous arrive d’évoquer la sexualité avec les maisons de prostitution : b—-l ou une de leurs hôtesses : p—-n. Parfois, nous échappe un « Bon Dieu », une « bonté divine » ou un « doux Jésus » mais nous sommes loin de la culture québécoise en la matière.

Les Québécois, eux, font preuve d’une créativité extraordinaire pour déguiser les mots de la religion. « Tabarnak », « Criss », « Calissse », « hostie », « ciboère », ou « viarge » sont les sacres les plus courants. Mais il y a beaucoup mieux, les combinaisons, surtout usitées lorsqu’un marteau rate le clou et atterrit sur un doigt ou lorsqu’une congestion monstre bloque totalement l’autoroute : « barnak à deux étages », « cinclème », « hostie toastée au ciboère électrique », « criss d’hostie de calissse de tabarnak »…

Il y a juste un petit problème. La plupart des plus jeunes qui sacrent allègrement ignorent ce que signifient ces mots. Le vieux catéchisme n’a plus cours.

Pourtant, morbleu, les sacres s’enfilent comme des grains de chapelet !

Joëlle C.

Billet du dimanche 10 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.