Nuit Blanche 2015. Présage et son sens

Samedi 3 octobre, l’installation de Djeff et Monsieur Moo est visible dans son intégralité. Cet événement qui précède les festivités du 40éme est fort différent des autres Nuits Blanches de Saint-Merry du fait de son insertion dans un cadre général, la COP 21, de la visibilité de sa préparation et des perspectives qu’il ouvre.

Un cadre commun à tous les évènements de la Nuit Blanche 2015.

Présage Affiche 2.inddLa Ville de Paris qui accueille la Conférence pour le climat en décembre 2015 a fait de l’environnement et de la lutte pour la préservation future de la planète le thème unique de la Nuit Blanche, le samedi 3 octobre.

L’installation de Djeff et Monsieur Moo, qui a été retenu lors d’un appel à projet organisé par le CPHB, répond à cette invitation en investissant le chœur ainsi que la nef vidée des ses chaises et en associant toute une communauté caractérisée par son dynamisme et son ouverture.

Sur un mode poétique, Présage est une interpellation des visiteurs qui passeront au travers de l’œuvre, dans un cadre sonore et lumineux amplifiant la gravité des risques à surexploiter la terre.

Présage dans la vie de Saint-Merry

02Le CPHB se mobilise activement depuis de nombreux mois sur la question du climat : jeûne le 1er jour de chaque mois, informations, débats -notamment un grand débat durant la conférence de Paris-, invitations d’artistes. Sa communauté souhaite questionner les responsabilités collectives face à des enjeux majeurs conditionnant notre vie terrestre. Si sa démarche est bien antérieure à la récente encyclique « Laudato Si » de François, le Centre Pastoral Halles Beaubourg la reprend naturellement à son compte.

La question du climat est si importante que la Nuit Blanche ne pouvait pas être l’enjeu artistique d’une seule nuit, voire de la quinzaine de la conférence de Paris. Saint-Merry l’a mise au centre de toute la programmation du second semestre et cela dans un cadre d’actions très large. Le Collège des arts visuels de Saint-Merry, groupe qui désormais étudie les projets parvenant au CPHB, avait retenu Green Memory de Pascale Peyret pour l’expo d’été, puis Présage et enfin récemment six artistes et leurs œuvres dont on boucle encore le montage.

Mais Présage est surtout le résultat d’une mobilisation sans faille et forte de la communauté.

1400 DSC_1331Avant l’événement : la difficile réalisation du système de fils, le nettoyage de milliers de récipients de verre afin que leur qualité visuelle corresponde au projet de Djeff, la préparation du buffet et la communication.

Pendant cette nuit hors normes : l’accueil, la rencontre et la discussion sur le sens de l’œuvre ainsi que l’implication des groupes climat de Saint-Merry, la gestion des foules, 27 000 personnes décomptées par la Ville.

La Nuit Blanche se confirme comme étant un moment intense de la vie collective du CPHB, car l’enjeu est de taille : mettre en acte ensemble une pastorale dont la base fut, en 2015, une installation créant à la fois l’émotion et la réflexion. Ce fut une réponse concrète et réussie aux débats lancés au printemps par l’équipe pastorale à une question sensible : qu’est-ce qu’une pastorale de l’art à Saint-Merry ?

 

Présage, ou le spectacle d’une mise en scène publique durant trois semaines.

E la nave va !S’il y eut des Nuits Blanches dont on n’a su qu’au dernier moment ce qu’elles étaient, d’autres qui étaient une mobilisation pendant des mois de toute la communauté et où l’œuvre était l’expression du CPHB lui-même (voir film de Voir et Dire), Présage a un statut particulier. C’est l’œuvre de deux artistes qui ont progressivement révélé leur projet visuel et ont su mobiliser au fur et à mesure des dizaines de Saintmerriens. Le bateau a fait partie de la vie du CPHB , le visage d’Aline Lucie changeant de dimanche en dimanche obligeait à déplacer le lieu de la célébration, en conséquence. Ce projet a été approprié de jour en jour. Les reportages sur le site en J-21, J-14, J-7 sont une mini-saga qui a surpris bon nombre de visiteurs. Cet effort d’information était nécessaire du fait de la singularité de l’intention ; aussi dès l’article J-21 se trouvait en pièce jointe l’objet de Présage, c’est-à-dire le dossier accepté à la fois par le Collège et la Ville de Paris.

Les sens possibles de Présage

« Quel sera l’état de la terre si rien ne change après la COP 21 ? L’œuvre « Présage » laisse émerger un univers inquiétant, créant une fascination hypnotique où seules les traces d’une vie humaine subsistent.

Un bateau échoué au milieu du chœur de l’église, du sable constitué de promesses brisées, une forte radiation planant au-dessus des têtes… (Djeff)

1400 DSC_1281L’installation est composée de divers éléments, chacun porteur d’une symbolique propre mais produisant un surcroît de sens global. Loin de verser dans le pessimisme, l’œuvre propose une vision de l’état du monde et se transforme en un appel à agir collectivement et politiquement.

Le bateau de pêche, Aline Lucie, est l’élément central. Il provient des Chantiers Bernard de Cherbourg et a été déposé, le 11 septembre 2015, par une grue de 80t dans la nef avant d’être désossé pour en garder la poupe et la proue.

Cette sculpture en deux morceaux, acheminée dans le chœur, détourne le mythe de l’arche de Noé : à ce jour, l’humanité a échoué à préparer une terre vivable pour les siècles à venir. Aucune colombe ne peut y nicher.

1400 DSC_1121Le sol sur lequel gît le bateau n’est pas fait de sable, mais de verre, du sable travaillé par l’homme grâce à des techniques nées il y a plusieurs millénaires, cassé par son activité frénétique, sans régulation globale.

Ces mille morceaux abandonnés sont les promesses brisées de la Charte 37/7 de l’ONU sur la nature votée en 1982 mais qui n’a jamais appliquée par les États. Les fragments de son texte flottent en pluie sèche de petites étiquettes, suspendues à la voûte au-dessus de l’épave. À l’entrée de la rue Saint-Martin, le visiteur est accueilli par une composition sonore puissante réalisée à partir d’extraits de la Charte déclamés dans toutes les langues.

06L’homme prend des engagements, mais sa parole ne tient plus qu’à un fil. Si le fil se rompt, la planète ressemblera à cette épave abandonnée, tel est le premier présage formulé par les artistes. Par leur mise en scène, ils donnent à voir sans concession l’époque charnière dans laquelle on se trouve.

 

 

07Les visiteurs traversent l’œuvre sous les étiquettes et peuvent aussi apercevoir le bateau échoué à partir d’estrades latérales. Régulièrement l’orgue émet des sons profonds, en corne de brume, tandis que des projecteurs puissants installés à l’extérieur au niveau des vitraux donnent des éclats de phare sur le verre brisé qui s’illumine.

Grâce aux jeux de lumière qui balayent lentement  l’église de l’orgue au bateau, la nef est plongée dans une vapeur d’aurore boréale, ce phénomène météorologique prisé par les populations nordiques pour lire les présages.

08Mais les artistes ne s’arrêtent pas à ce constat alarmiste et ils utilisent leur démarche poétique pour enclencher un processus impliquant les spectateurs. L’état du monde dont l’empreinte écologique se fait de plus en plus importante[1] requiert l’intervention individuelle de chacun et la mobilisation collective, en faveur de modes de vie plus sobres, en pratiquant un recyclage systématique.

Mobilisation.

Présage a été choisi par la communauté de Saint-Merry et a suscité une mobilisation forte de dizaines d’individus : transports, collecte du verre (13 m3 collectés auprès des restaurateurs et bars, des familles, etc.), réalisation de 750 brins de 15m portant les étiquettes, communication, médiation, et bien sûr gâteaux pour accueillir les visiteurs et rendre plus douce l’attente inéluctable avant de traverser l’œuvre.

Recyclage.

La fabrication et la désinstallation ne sont que cela.

    • 09Le bateau de bois, fabriqué dans la grande tradition des bateaux de pêche, se trouvait abandonné depuis 8 ans. Pour la Nuit Blanche, il a trouvé un autre usage : favoriser la prise de conscience de l’urgence et des risques, sur un mode artistique. Il sera découpé le 5 octobre, donné à des entreprises de recyclage ou destiné à produire de l’énergie tandis que certaines parties serviront encore pour des œuvres aujourd’hui inconnues.
    • 10Le verre, qui est un des emballages les plus écologiques[2], retournera en verre en suivant une chaîne de valorisation.Le ponton de bois et les praticables destinés à la réception du public seront démontés et serviront à d’autres évènements culturels de Saint-Merry.

 

  • 1400 Djeff DSC_1300Et jusqu’à l’intelligence collective des membres du CPHB, qui sera recyclée sur d’autres projets.

 

Présage n’est pas une œuvre pessimiste mais la preuve qu’un projet parti du questionnement d’artistes observant le monde peut être partagé et peut mobiliser, inviter à se ressaisir.

C’est l’autre présage interprété par Djeff et son équipe.

Jean Deuzèmes

NB : Cliquer sur les photos pour les voir en plein format.

www.djeff.net et www.monsieurmoo.com

 

Présage a reçu les soutiens fondamentaux de

L’équipe de réalisation

Création sonore : Rachel Marks

Régisseur : Thomas Monnier

Charpentier : Sergueï

Mise en lumière : Claude Avisse et

Edouard Trichet Lespagnol

Animation : Philippe Pépin et toute la communauté de Saint-Merry

Commissaire : Jean Deuzèmes

[1] Jusqu’à la consommation annuelle des ressources de l’équivalent de quatre planètes en 2050.

[2] En effet, le verre s’utilise de nombreuses fois après nettoyage, puis il est fondu pour se transformer en d’autres récipients. Sur le temps très long, il peut redevenir sable.

À lire : Charte (37/7) mondiale pour la Nature

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *