Nuit Blanche J-15 : De sainte Anne à Poliphile

Les préparatifs de la Nuit Blanche s’accélèrent, Saint-Merry dispose désormais des 500 vêtements nécessaires, mais il faut encore boucler le budget. Soyez mécène, c’est bien et c’est malin.

Et si l’on appelait temporairement la chapelle de Communion, la chapelle sainte Anne ?

6-atelier-vetements Sainte Anne est en effet la patronne des dentellières et des couturières et la chapelle de Communion est devenue le lieu de l’atelier couture des 500 vêtements.

Pedro Marzorati a demandé à l’association, « La Ressourcerie créative », de compléter les dons de Emmaüs et de la communauté.

Deux nouvelles séances d’assemblage (joyeux) sont prévues les mercredi 21 et jeudi 22 septembre de 9h à 18h.

Il y aura toujours deux machines à coudre et il s’agira de réunir les hauts et bas et de fixer les vêtements sur des cintres de teinturier.

Inscrivez-vous auprès de Marie José 0676842246

 

Soyez mécène, c’est bien et c’est malin.

3-vetementsQuel saint faut-il invoquer pour que la collecte solidaire KissKissBankBank soit une réussite ?

Peut-être saint Martin, celui qui a partagé sa tunique avec un pauvre ? Les artistes sont des précaires, ils nous donnent généreusement de leur temps et de leur imaginaire. Cela mérite un contre don. N’est-ce pas ?

Pedro Marzorati a imaginé un événement réservé à ceux qui donneront : une soirée spéciale, uniquement pour eux, loin de la foule, la veille. Une sorte de « générale » !

Voici une nouvelle justification pour donner. C’est fondamental pour la réussite de cette Nuit Blanche.

Consulter https://www.kisskissbankbank.com/plus-haut-que-le-ciel-nuit-blanche-2016

 

Et Poliphile ?

Affiche Ville de Paris Nuit Blanche 2016Vous n’avez peut-être (!) pas lu « Le songe de Poliphile », ce roman rédigé en 1467 et imprimé à Venise en 1499, donc avant la construction de Saint-Merry, attribué à Francesco Colonna. Son vrai titre fut « Hypn-eroto-machina Poliphili ». Ce fut un véritable Best Seller à l’époque, alors qu’il était si difficile à lire, puisqu’il était écrit dans un mélange de latin, d’italien, d’arabe, d’hébreu et de grec. Si ésotérique qu’il fût, il racontait la quête d’un jeune homme à la recherche de sa nymphe, qui se dérobait toujours à elle.

Nous n’allons pas vous raconter l’histoire, mais qu’elle est le fil conducteur du trajet de toute la Nuit Blanche et que, officiellement, « Plus haut que le Ciel » fait désormais partie d’un de ses chapitres selon l’organisateur, Jean de Loisy, le directeur artistique de l’évènement parisien. Le parcours entre le Marais et les Îles des Cygnes est composé de 12 séquences ou « chapitres » où sont disposées les œuvres du In et du Off.

Le chapitre de Saint-Merry, pas ceux des anciens chanoines dont l’EP est un descendant, s’intitule « Épris, angoissé, il s’apprête aux combats et à la mort ». Vous pourrez briller dans vos repas entre amis en racontant cette histoire. Mais convainquez-les aussi d’être mécène…

Jean Deuzèmes

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *