Nuit Sacrée – Evaluation

Après que les voix et musiques se soient tues au petit matin du lundi 5 juin, il était naturel d’interroger les participants quels qu’ils soient : spectateurs, accueillants, choristes, techniciens… Ces réflexions alimenteront la perspective d’une troisième édition de la Nuit Sacrée en 2018. En voulez-vous ? … Un deuxième article publié dans cette Lettre présente les points de vue de membres de la communauté du Centre pastoral à partir d’expressions entendues en 2016 ou 2017.

EVALUATION
Points positifs et points négatifs
Parmi les points positifs il est plusieurs fois noté que l’édition de la Nuit Sacrée 2017 a été ressentie comme plus “priante“ que l’an dernier. Cela tenait à la très riche programmation et à la lecture de textes sur le Souffle annoncés par un jingle.
Le moment de partage pour la rupture du jeûne musulman a constitué un temps fort.
La diversité du public a été remarquée, notamment le nombre de jeunes ainsi que l’animation de la première partie de la soirée par les deux jeunes de Coexister.
Satisfecit est donné pour l’accueil, l’organisation, la technique, la sécurité.
Les points négatifs correspondent à des sensibilités personnelles : chorale juive encore trop “spectacle“ ; trop d’expressions musulmanes, pas assez de chants chrétiens, prestation hindouiste ou flûte japonaise pas aimées… La partie après minuit essentiellement orientée vers les jeunes…
Il est souligné que la sonorisation a été peu insuffisante dans le fond de l’église.
La limitation du nombre de participants a entrainé des attentes à 2 ou 3 reprises (le nombre de 800 étant dépassé).
Il est regretté un manque d’articulation avec la Rencontre autour des Livres sur le thème de la fraternité.

Les remarques sur la dimension “spirituelle“ et sur la dimension “artistique“ de l’événement font ressortir une très bonne appréciation de la qualité des chorales avec le regret de ne pas comprendre les textes chantés faute de pouvoir disposer d’une traduction écrite. Au-delà d’un plaisir esthétique, il est toutefois rapporté l’impression de partager une même recherche de sens entre spiritualités différentes, et ce dans un église ouverte à la fraternité. Certains ont trouvé le programme trop chargé laissant peu de place au silence ou à la prière, allant jusqu’à souhaiter un temps de prière commune.

L’organisation de l’événement recueille une très grande satisfaction des chorales comme du public mais soulève quelques interrogations de la part de membres de la communauté au regard de la difficulté à la mobiliser très en amont de l’événement.

L’accueil a été perçu et vécu comme “excellent“, “efficace“, “magnifique“ !!!

Les moyens de communication ont été jugés très performants tant pour l’annonce de l’événement que pour sa retransmission en direct via RCF ou Internet. La place prise par Facebook est difficile à évaluer (selon statistique, certains messages ont été vus jusqu’à 930 fois). Les messages ont été repris par de nombreux partenaires du Centre pastoral. Une meilleure coopération est souhaitée par les chorales.

La programmation des chorales et ensembles musicaux a été largement appréciée. Dans ce domaine les sensibilités personnelles jouent : tel aurait aimé du grégorien, une autre davantage de danse. Le manque de chorales chrétiennes est à nouveau souligné, de même l’insuffisance d’expression juive par rapport aux musulmans. La variété, la diversité des styles ainsi que la qualité des prestations ont contribué à la réussite de la programmation arrêtée un peu tardivement.

La prestation technique (lumière, son, vidéo) a été jugée très professionnelle. La mise en lumière de l’église. A noter toutefois un insuffisance de sonorisation au fond de l’église. Un responsable de chorale se plaint des micros qui ne prennent que la voix qui se trouve devant. L’adaptation des plateaux à chaque groupe a recueilli l’admiration : rapide et discrète !
Les diffusions radio et vidéo ont été appréciées même si la captation de l’image gagnerait à être améliorée.
La projection sur place a permis à quelques-uns de se reposer !

A part une remarque qui regrettait leur manque de professionnalisme, les animateurs de Coexister qui ont présenté les chorales et ensembles musicaux ont recueilli des éloges : clairs, concis, souriants, sympa… Avec discrétions, ils se sont mis au service de l’ensemble. Un reproche : ils parlaient trop vite.

Le choix et la lecture de textes autour du Souffle, précédés d’un jingle ont donné un rythme à la nuit, une respiration bienvenue. Outre la mauvaise sonorisation, la plupart des remarques sont positives sur cette innovation 2017. Néanmoins, certains ont trouvé les textes trop courts, distribués en trop de lecteurs. Pour quelqu’un le jingle était en trop, pour un autre ce sont ces textes eux-mêmes qui n’apportaient rien, sinon en faire un vrai moment de prière.

Les interventions des personnalités (Anne Hidalgo et Jacques Toubon) en début de soirée ont été jugées sobres et fortes et pas trop présentes, sans récupération de l’événement. Elles ont été ressenties comme étant restées dans le ton de la soirée, au service de la paix fraternelle. Elles ont donné une dimension sociale à la Nuit Sacrée.

Le moment de rupture du jeûne avec les musulmans a rencontré une très large adhésion. La présence de plusieurs confessions pour vivre cet événement dans une église en a fait un beau moment de partage. L’idée des dates comme symbole d’un repas a été déclarée géniale !
Quelqu’un regrette que l’imam n’ait pas été celui qui expliquait le sens de ce geste. Un autre a trouvé ce moment sympathique, mais bruyant sans offrir un temps de concentration.
Pour la reprise du jeûne, deux personnes ont été troublées par une erreur sur l’heure du petit déjeuner.

Si un tel événement se renouvelait : Que faudrait-il mettre en œuvre ? Que faudrait-il éviter ?
Se repréciser l’objectif de la Nuit sacrée.
Comment poursuivre la rencontre interreligieuse au delà de l’événement, quelles relations à plus long terme ?
Comment permettre une expression spirituelle – et artistique – des chrétiens à la hauteur de l’événement, et plus particulièrement de notre communauté ?
Mettre en œuvre un meilleur équilibre entre Coexister et la communauté pour que la communauté se sente davantage partie prenante.
Rechercher une expression plus forte des chrétiens. Diversifier davantage vers des groupes africains ou sud-américains.
Favoriser une plus grande préparation (et participation) de la communauté plus longtemps à l’avance
Trouver une expression collective, telle un chant commun pour développer la dimension spirituelle.
Les prestations de 45 minutes sont trop longues 30 minutes suffiraient
Penser à une vente de boissons chaudes ou nourriture.

Libre expression
Cette libre expression a multiplié les mercis :
Merci d’organiser cet événement ; Merci pour cet événement ; Félicitations et encore merci à tous pour cette très belle initiative !
Merci de ce beau moment, même si bien sûr tout est perfectible.
Cette nuit sacrée 2017 a été un grand moment pour moi, de joie, de simplicité, d’énergie de paix… C’est précieux, unique, une utopie qui se réalise… Au plaisir de l’an prochain…
J’espère qu’on aura la Nuit Sacrée 2018 ! Merci infiniment !

L’Equipe pastorale

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *