©fc

Ose parler à ton Seigneur

Dimanche 28 juillet

 

Première lecture  (Gn 18, 20-32)
« Que mon Seigneur ne se mette pas en colère si j’ose parler encore »
Psaume  (Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 6-7ab, 7c-8)
Le jour où je t’appelle,
réponds-moi, Seigneur.
Deuxième lecture  (Col 2, 12-14)
« Dieu vous a donné la vie avec le Christ, il nous a pardonné toutes nos fautes »
Évangile  (Lc 11, 1-13)
« Demandez, on vous donnera »

Commentaire de la Genèse

Nous venons d’écouter l’extraordinaire dialogue entre un Dieu miséricordieux et le père des croyants, le premier des laïcs, Ils nous disent que notre religion est la religion du pardon.
Certes mais comment faire ? avec la loi d’airain « Aimez-vous les uns les autres ». Tous deux sont sur le même registre : ils posent des questions, ce qui nous donne des pistes d’action :
– Dieu : « comme elle est grande la clameur au sujet de Sodome et de Gomorrhe , je veux descendre pour voir » « Si c’est faux, je le reconnaîtrai. »
A notre époque du n’importe quoi sur les réseaux sociaux Dieu nous invite à enquêter avant de dire du mal de tous avec tous.
– Abraham, lui, va prononcer 3 fois « J’OSE encore parler » « J’OSE parler encore… moi qui suis poussière et cendre. »
Nous autres les baptisés, qui nous considérons comme des gens de peu, Abraham nous invite à avoir de l’audace, encore de l’audace.
A notre époque où les pédophiles pullulent depuis que la Parole se libère, nous sommes invités à trouver des solutions.
Le pasteur Casalis disait : la prière a pour objet de trouver comment agir.
Pour ma part je demande à l’Esprit-Saint de m’éclairer car il est tombé dans ma vie un criminel… qui est un proche.
La Croix du 10 juillet a révélé qu’ un éminent Dominicain, il y a quarante ans a agressé nombre de mineurs garçons et filles, puis des femmes.
Ce salaud n’ira pas aux Assises répondre de ses crimes de viols, ils sont prescrits. C’est aussi un ami à qui je dois beaucoup spirituellement.
Après le choc, qu’est-ce que je fais avec lui ? Sa « faute, comme elle est lourde « . Quelle est ma responsabilité individuelle face à cette situation ? Je vous avoue que je la cherche.
A Sodome et Gomorrhe il y avait beaucoup de salauds et seulement quelques justes.
« Et le Seigneur déclara : « Pour dix, je ne détruirai pas ».

Danielle Mérian

Prière Eucharistique

(inspirée du Concert Eucharistique de Patrice de la Tour du Pin)

Dieu de toute bonté, il est bon pour nous de te prier, de te rendre grâce, puisque nous pouvons te remercier d’avoir sauvé la croissance de l’humain en nous envoyant Jésus-Christ.
Par sa prière, Abraham voulait sauver les quelques justes de la ville. Il intercédait auprès de Dieu pour que la ville soit sauvée même si peu de justes pouvaient y demeurer.
Avec le Christ ton Fils, lui le seul Juste, qui se fait le défenseur et le sauveur de ses frères pécheurs auprès de toi Père, tu nous révèles ta justice Père.
Tu nous dévoiles le mystère de ta miséricorde et du salut en Jésus-Christ.
Père, tu nous as donné la vie en plénitude avec le Christ. Tu as effacé le billet de la dette qui nous accablait en raison des prescriptions légales pesant sur nous ; ce billet de la dette tu l’as annulé en le clouant à la croix, pour reprendre les mots de St Paul dans sa lettre aux Colossiens, proposée ce jour aussi dans la liturgie de l’Eglise.
C’est notre foi de chrétien, mais fais grandir en nous la foi, par ton Fils !
« Il était en prière, en un certain lieu », c’est-à-dire quelque part, n’importe où, en tout lieu, en chaque circonstance, en chaque rencontre. C’est dans l’intimité d’une communion qu’il nous a manifesté sa communion avec toi Père. Comme Abraham, il nous a montré comment prier. Oser te parler. Une conversation cependant dans le cadre d’une alliance nouvelle « inscrite dans son être » que nous retrouvons largement décrite dans l’évangile de Jean. « Demeurez en moi comme je demeure en Père ». La communion d’un être priant, au cœur toujours orienté vers l’Autre, et les autres. Voilà comment te prier : Oser te parler, Père, même dans le doute, ou par un cri de douleur : « Pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Oser te parler pour faire silence et te recevoir au fond du cœur, en Christ. Oser te parler pour ouvrir mes mains simplement, en attendant d’ouvrir mon cœur. Oser te parler pour te rendre grâce, ou pour apprendre le détachement : « Que ta volonté soit faite ». Oser te parler pour mes proches : pour demander le pain du jour, la libération de nos chaînes et la paix intérieure. « Que ton Règne vienne », pour demander pardon, « toi qui pardonnes ». Oser te parler en communauté, ensemble, pour que toutes nos énergies, positives et partagées, portent du fruit.

Ton Fils nous convoque comme il a convoqué des humains en tout temps pour maintenir cette croissance vers ton Royaume, et pour leur donner l’avant-goût des biens à venir.
Maintenant que ces humains -les saints, les saintes, connus, reconnus, inconnus- les possèdent auprès de toi, ces biens éternels, Tu leur donnes de nous en transmettre l’attirance.
C’est pourquoi dans ce monde encore inaccompli, Nous sommes déjà conviés par ces saints et ces saintes, Et les anges, à chanter avec eux l’hymne d’adoration :
Dieu saint ! Dieu juste et saint ! Dieu libre et saint ! La vie de tes créatures est ta gloire ! Béni soit celui qui vient en ton Nom !
Hosanna dans tous les univers ! Hosanna sur la terre des humains ! Dieu notre Père, C’est Jésus qui vient de toi, C’est par lui que nous croyons en toi.
Il venait déjà quand tu nous faisais à ton image et nous confiais ton souffle et ta parole vivante pour que l’humanité croisse en alliance vers toi.
Cependant l’humanité ne te fait pas confiance, par suffisance elle s’élève sur elle-même, ton image se perd dans les eaux.
Mais tu as fait venir ton fils jusqu’au sein de ce monde pour reprendre à son mal toute l’humanité.
Il est venu porter les lois du monde, Il ne s’est pas laissé prendre au péché, et fidèle à l’Esprit Saint, Retournant toute chose vers toi,
Appelant d’abord les pécheurs et les pauvres, Il s’est révélé lui-même comme ton image Et t’a fait confiance jusqu’au bout.
Toi qui es vraiment saint, Toi qui es la source de toute sainteté, Seigneur Père nous te prions :
Sanctifie ces offrandes en répandant sur elles ton Esprit : Qu’elles deviennent pour nous Le corps et le sang de Jésus, le Christ, notre Seigneur.
Avant de se livrer à la loi de la mort, Il confia les vivres de ton royaume Aux humains que tu lui avais confiés.
Et comme il s’était nourri du pain de la terre et de ta parole, Devant eux il prit le pain, il te rendit grâce, il le rompit, Et le donna à ses disciples en prononçant cette parole :
Prenez-en tous et mangez : Ceci est mon corps, livré à vous. Et son heure étant venue, Il leur confia de même les sources de la vie ;
Comme il allait boire jusqu’à la lie le calice de la vie mortelle, Il prit la coupe remplie de vin, il te rendit grâce, et la donna à ses disciples en prononçant cette parole :
Prenez-en tous et buvez, ceci est la coupe de mon sang, le sang de l’alliance nouvelle et éternelle, de Dieu et de l’humanité, qui sera répandu pour vous et pour des multitudes
en rémission des péchés. Faites cela, en mémoire de moi.

Dieu notre Père, En faisant mémoire dans cette eucharistie de la Pâque et de la Résurrection de ton fils,
Nous nous confions déjà à son corps ressuscité et à l’alliance avec son sang qui régénère ; Et comme nous t’offrons à cet âge de l’humain celui qui s’est offert à toi et à nous,
regarde-nous, offerts avec lui pour ta gloire. En nous rappelant aussi qu’après son élévation auprès de toi, au-delà des temps et de nos esprits,
tu nous envoyas par lui l’Esprit Saint pour donner vie au corps du nouvel humain, Nous te demandons de l’envoyer sur nous,
pour nous diriger toujours vers l’avenir que Jésus prépare aux humains de son sang. Que ce souffle de résurrection Nous protège de la suffisance,
Nous garde fidèles au baptême Et nous alimente en justice et en bonté.
Dans cette renaissance nous te prions encore : Pour celles et ceux qui ont des charges dans l’alliance éternelle, ton Église universelle,
Pour notre Pape François, pour notre évêque Michel, Pour toutes celles et tous ceux qu’elle rassemble et qui la servent ; Et aussi pour les morts qui furent de l’homme eucharistique avant nous
et que tu n’as pas encore hébergés dans ton royaume, auprès de la mère de ton Fils, Marie, et de tous les saints et les saintes qui nous aident à tenir ton image sur la terre.
Et puisque tu envoies chacune et chacun de nous au monde, Donne-nous de rester unis pour que l’humanité reconnaisse à travers nous, ici même à St Merry, Celui qu’elle porte
et pour qu’elle renaisse de lui.
Par lui, avec lui et en lui, A toi Dieu notre Père, Dans l’Esprit d’amour et de vérité, Toute reconnaissance et toute vie !

Dominique Lambert

 

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.