Où en est l’Eglise de France ?

Maxim Kantor. La traversée de la mer Rouge
Maxim Kantor. La traversée de la mer Rouge

 

Un an après l’élection du pape François, quelles évolutions ?

Débat du 5 juin 2014 à Saint-Merry

Avec Céline Béraud, sociologue des religions

et Antoine Sondag, directeur du Service pour la Mission universelle de l’Eglise

Animation Philippe Clanché

Extraits des débats

Céline Béraud – Sur les questions de genre, il y a un déplacement des questions sociales vers les questions de bioéthique et les problèmes de sexualité…. En fait le catholicisme n’est pas seulement une citadelle assiégée par le genre, mais aussi travaillée de l’intérieur par cette question :ainsi une séparation des sexes dans le service de l’autel des enfants…

Une opposition entre les catholiques d’identité et le catholicisme d’ouverture des années 1960-70, et ceci parallèlement à un effacement des catholiques d’ouverture. Les communautés aux marges du catholicisme des années 80, en trois ans ont gagné le cœur du champ catholique, accomUnknown-3pagnées par les nominations d’évêques.

Dans cette situation de majoritaires devenus minoritaires, on voit les catholiques dans des positions victimaires. Pourtant même si l’Eglise avec le clergé a perdu le contrôle sur les pratiques, elle conserve une capacité de lobbying et d’action collective adossée sur son dispositif territorial en diocèse et paroisses, un savoir-faire événementiel fort (pèlerinage, Jean-Paul II), un réservoir de militants, des relais médiatiques et politiques.

Est-on entré dans une nouvelle configuration, avec le pape François à Rome et Monseigneur Pontier en France ? Ces deux figures d’autorité sont bien moins en phase avec ces mouvements identitaires
. Pour les catholiques d’ouverture le nouveau pape est une grande espérance, ils se
sentent moins isolés.

Antoine Sondag – Il faut rester critique y compris sur les catégories qu’on utilise. Le couple dominant dans la sociologie aujourd’hui c’est l’axe catholique identitaire – catholique d’ouverture, est-il encore valide ? La stratégie d’affrontement dans la rue a créé la division des communautés chrétiennes, et les évêques font ce qu’ils peuvent pour raccrocher les morceaux.

Ce qu’on observe a des conséquences sur ce qu’on fait. Il faut rendre visible ce que j’appelle des révolutions silencieuses dans l’église : la place des femmes qui peut avoir de vraies conséquences, une certaine démocratisation de l’enseignement de la théologie avec des laïcs formés en théologie plus nombreux que les prêtres…Unknown-1

Pourquoi y a-t-il eu une hystérisation autour de la question du genre ? Beaucoup d’universités catholiques comme Louvain ont des programmes de « gender studies ». On sait bien qui au Vatican appuie cela…, et à côté il y a du « dialogue » et des gens qui pensent différemment.

Jean-François Petit – Ce qui marque les sociétés aujourd’hui c’est l’émotion : très difficile d’organiser une discussion calme. Dans la blogosphère, des gens très actifs : tout ce qui était de l’ordre de l’encadrement disparaît, chacun fait ce qu’il veut, y compris dans les diocèses.

Céline Béraud – Ce qui les différencie les catégories, identitaires ou ouverts, c’est la question de l’autonomie des personnes : est-ce que la norme va l’emporter sur l’autonomie ? Une hyperpolitisation à droite, qui a abouti à mêler politique et liturgie, ce qu’on n’avait pas vu depuis longtemps.

Antoine Sondag – Les divergences dans l’épiscopat ne sont pas un scoop. L’affaire Brugère a été un gros couac et les évêques ont senti qu’il fallait absolument discuter entre eux.

En sociologie des medias, la blogosphère s’emballe très vite, une certaine droite décomplexée catholique s’en donne à cœur joie, on ne peut pas les appeler traditionnalistes puisqu’ils insultent les évêques…

Philippe Clanché – Le monde religieux est un monde de huis-clos… Enfin, à Lourdes, les évêques arrêtent de faire croire qu’ils étaient tous du même avis. Le schéma de verticalité complet, il faut définitivement l’abandonner, les gens sont libres..

Intervenant – Pourquoi  une telle différence avec la Grande Bretagne sur le mariage pour tous ? pour moi, c’est que l’Eglise anglicane est ouverte au débat, autorise le dialogue, alors que l’Eglise catholique est fermée sur les sujets dont on ne peut pas parler. Ma prière est que les églises s’ouvrent au débat.

Pietro – Parler de l’Eglise de France ou de l’Eglise qui est en France ? L’Eglise qui est en France est heureusement pleine de diversité, une réalité formidable. Je perçois toujours cette tentation cléricale derrière ce terme d’Eglise de France.

Antoine Sondag – Un certain nb d’évêques de France sont pris à contrepied par le Pape François, débordés sur leur gauche. Mais les anciens soixante huitards, c’est assez drôle que ils attendent une révolution qui vienne d’en haut.

Philippe Clanché – Les évêques ont du mal à travailler avec les medias et à comprendre qu’ils veulent des phrases courtes et des choses simples. Mais les journalistes n’ont pas la connaissance de l’extrême diversité de ce corps qu’est l’Eglise française.

On pourrait passer des heures sur la maladie du corps ecclésial français

Céline Béraud  – Une situation européenne très diversifiée. L’hystérisation du genre a un aspect international. Collègues italiennes et polonaises observent un répertoire d’action qui se communique de pays en pays.

D’autres pays de tradition catholique ont ouvert le débat du mariage homosexuel sans drame, Belgique, Espagne, Portugal : dans ce dernier, où il y a encore une affiliation catholique très forte, les mouvements des jeunes socialistes et jeunes catholiques ont fait le lien, et l’épiscopat portugais s’est mis en retrait. Une intervenante évoque également le cas de la Bavière catholique en Allemagne, où le mouvement MPT non seulement n’a pas mobilisé, mais s’est heurté à une contremanifestation !

Extraits par Anne René-Bazin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.