©fc

Ouvertes ou fermées ?

Quelle est la mission de l’école catholique privée ? Permettre à des enfants d'approfondir la connaissance de sa religion et pour cela se retrouver entre soi pour partager des valeurs communes, au risque d’exclure le voisin qui est différent dans sa culture et ses croyances ? Ou bien est-ce d’initier à la diversité, la différence et accueillir ce même voisin, avec sa culture, sa couleur et sa religion, quitte à adapter ladite pastorale ?

Ma fille aînée de 10 ans est en CM2. Se pose depuis la rentrée l’épineuse question du choix du collège pour l’année prochaine. Bien qu’ayant moi-même suivi tout mon enseignement dans le public, je fais le choix avec elle de déposer des dossiers dans des écoles privées.

Nous voilà donc partis à la rencontre de plusieurs directeurs d’écoles qui ont retenu son dossier. Alors qu’un directeur met en avant qu’il est essentiel pour lui d’accueillir dans son école tout enfant, de toute confession, de toute origine, de toute situation sociale et familiale, un autre pose clairement que pour lui la religion musulmane étant trop différente, il limite fortement le nombre d’enfants de cette confession dans son établissement. Il insiste beaucoup par ailleurs pour que chaque enfant suive une pastorale active et investie.

Quelle est la mission de l’école catholique privée ? Permettre à des enfants d’approfondir la connaissance de sa religion et pour cela se retrouver entre soi pour partager des valeurs communes, au risque d’exclure le voisin qui est différent dans sa culture et ses croyances ? Ou bien est-ce d’initier à la diversité, la différence et accueillir ce même voisin, avec sa culture, sa couleur et sa religion, quitte à adapter ladite pastorale ? L’ouverture serait-elle le risque d’un affaiblissement du message religieux ? Je suis ressorti troublé de ce rendez-vous et me suis demandé si nos écoles et même nos églises n’ont pas tendance à trop souvent fermer leurs portes.

Sylvain Tessier

Billet du dimanche 14 février 2016

3 Commentaires

  • Tous les …. sont des …épargnons- nous, si possible, les généralisations. Merci, cela fera grandir la paix.

    Peut-être que toutes les écoles privéees ne sont pas si peu évangéliques ?
    Heureusement j’ai connu aussi des directrices ou directeurs d’écoles privées, sans doute comme l’un des directeurs cité par Sylvain bien remplis d’esprit évangélique. Beaucoup de réformes de l’enseignement publique ont trouvé leur source dans l’expérimentation du privé ex la notion de communauté éducative.

    Thierry d’Auzon, ancien élève d’une excellente école publique et membre du conseil d’administration d’une école privée.

  • Ayant pour l’essentiel été scolarisé dans le public, je connais mal l’enseignement privé mais des écoles privées catholiques, je sais une chose : un grand nombre d’entre elles n’ont de catholique que le nom, un label qui pour beaucoup signifie encadrement sérieux, ambiance plus studieuse et meilleurs résultats; je comprends alors qu’elles s’ouvrent à un large public. Mais quelle valeur a cette attitude d’ « ouverture » quand on a rien de spécifique à défendre ?
    Pour ces écoles catholiques qui ont encore l’ambition explicite de transmettre la culture et les valeurs chrétiennes, je comprends qu’elles puissent souhaiter limiter (et non pas exclure) la présence de jeunes musulmans. Pour moi, l’ouverture ne se conçoit bien que par rapport à un ancrage. On ne se penche vraiment vers l’Autre (porteur d’un héritage familial et religieux très différent) que fort d’une bonne colonne vertébrale. Sinon on retombe dans l’idéologie ambiante qui veut que toutes les croyances religieuses se valent. Toutes se respectent. Mais vouloir nier ou ignorer les différence, ça n’est pas forcément les respecter; cela peut même être à terme un facteur de violence. Ce sont là sans doute des considérations assez générales et après avoir entendu le témoignage d’Agnès Charlemagne, on se dit que la réalité de terrain peut réserver d’heureuses surprises; car c’est dans un établissement marqué par l’indifférence voir l’ignorance religieuse de tous qu’elle a eu la liberté de développer une catéchèse originale dans l’esprit « montesori » qui a, de fait, constitué une belle et riche expérience…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *