« Aujourd’hui écoutons-nous sa parole ? »

La parole des prophètes n’est pas une parole qui s’impose, mais une parole qui propose. La parole des prophètes, comme celle de Jésus, n’est pas une Parole de pouvoir comme celles des scribes, mais une parole d’autorité, celle du message qui libère et de la vie qu’elle rend possible. Quelle est la parole qui me libère et de quoi me libère-t-elle ?

 1 février 2015
4ème dimanche du Temps Ordinaire
Année B

Lectures
1ère lecture : « Je ferai se lever un prophète ; je mettrai dans sa bouche mes paroles » (Dt 18, 15-20)
2ème lecture : La femme qui reste vierge a le souci des affaires du Seigneur, afin d’être sanctifiée » (1 Co 7, 32-35)
Evangile : « Il enseignait en homme qui a autorité » (Mc 1, 21-28)

le Seigneur me dit alors :
“ Je ferai se lever au milieu de leurs frères
un prophète comme toi ;
je mettrai dans sa bouche mes paroles,
et il leur dira tout ce que je lui prescrirai.
Si quelqu’un n’écoute pas les paroles
que ce prophète prononcera en mon nom,
moi-même je lui en demanderai compte.

Mais un prophète qui aurait la présomption de dire en mon nom
une parole que je ne lui aurais pas prescrite,
ou qui parlerait au nom d’autres dieux,
ce prophète-là mourra.” »
– Parole du Seigneur.
(Dt 18, 17-20)

 

Bonjour à tous. Bienvenue à tous ceux qui sont venus occasionnellement célébrer avec nous aujourd’hui, bienvenue tout particulièrement aux familles et aux amis de Dominique et de Marie-France.
Les textes que nous allons entendre ce matin nous disent que la Parole du Seigneur rend libre, c’est-à-dire fait vivre. Saurons-nous l’écouter, dit le psalmiste ; la dévoyer mène à la mort ajoute le Deutéronome ; enfin, l’évangéliste Marc nous raconte comment Jésus va, par sa Parole, rendre un possédé à la vie normale.
P1060023C’est pour vivre de cette vie que Camille, Clarisse, Juliette, Laurent, Léopold et Mathilde, depuis plusieurs mois, se sont mis en chemin vers le baptême. Ils vont, aujourd’hui, recevoir chacun une Bible. La Bible, ils la fréquentent déjà un peu car ils étudient l’Evangile de Marc avec leurs accompagnateurs, et puisse celle-ci les aider tout au long de leur de vie de chrétiens, c’est-à-dire d’hommes et de femmes libres.
Vous penserez encore à eux dans trois semaines car, comme tous les catéchumènes de Paris, ils seront appelés solennellement par notre évêque le cardinal André Vingt-trois.
Ils vous donnent aussi rendez-vous pour le 4 avril car ils seront baptisés ici, parmi nous, au cours de la veillée pascale.
Ils seront baptisés tout comme nous sommes rassemblés ce matin, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

Hubert Lassus

A propos des textes 
J’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer :
Fini le temps de révélations extraordinaires et de téléphones rouges entre Dieu, le Tout puissant et nous.
Terminé le temps de connaissances  particulières. Dieu ne nous parle plus directement par le tonnerre ou par l’éclat d’une lumière éblouissante.
Nous sommes dans les temps des intermédiaires. Voici l’heure des prophètes.
Des prophètes comme Moïse, comme Jérémie. Des prophètes comme Jésus.
Mais comme nous dit Moïse il y a aussi des faux prophètes.
Voici que notre temps, le temps des prophètes, sera toujours le temps du discernement.
Car la parole des prophètes  n’est pas une  parole qui s’impose, mais une parole qui propose.
Car la parole des prophètes, comme celle de Jésus, n’est pas une Parole de pouvoir comme celles des scribes, mais une parole d’autorité, celle du message qui libère et de la vie qu’elle rend possible.
Il ne suffit pas de parler de façon autoritaire pour annoncer la Bonne Nouvelle de Dieu.

P1060019(1)(1)Il ne suffit pas de transmettre correctement la tradition pour ouvrir les cœurs à la joie de la foi. Ce dont nous avons un besoin urgent c’est d’un enseignement nouveau. Cette parole dont nous avons tant besoin est celle qui nous rend la parole. Qui fait que nous parlons par nous-mêmes, que d’autres ne parlent pas pour nous, fussent-ils des esprits, des démons, des gourous, des spécialistes de la spécialité ou de chefs de tout poil. Cette parole dont nous avons tant besoin est celle qui nous rend la responsabilité d’être nous-mêmes et d’agir sur notre vie et sur celle de la société.

Jesus Asurmendi

Micro ouvert :  Quelle est la parole qui me libère et de quoi me libère-t-elle ?

Méditation à la manière d’une prière eucharistique
Dieu notre Père, ce n’est pas encore très perceptible, mais les jours s’allongent et la nuit peine de plus en plus à s’installer. Un monde sans lumière est un monde sans vie, un monde sans lumière est un désert vide.  Chez toi se trouve la source de la vie et à ta lumière nous voyons la lumière. A ta source nous goûtons la vie. Pour tant de merveilles, pour tant de mystères nous te remercions vivement.
Aujourd’hui nous avons plusieurs motifs pour te remercier.  Tout d’abord pour Mary France et Dominique qui avec nous et devant toi nous disent leur engagement mutuel.
Ensuite pour Camille, Clarisse, Juliette, Laurent, Léopold et Mathilde qui devant nous aussi viennent de recevoir la Bible, chemin privilégié et incontournable pour rencontrer Ta Parole, Jésus, ton Christ, notre Seigneur.
Tous ces chemins se rencontrent et se tissent dans la vie et la lumière qui a pris chair dans Jésus, ton Fils. Pour lui et par lui nous te louons et nous te chantons.
Ma vie personne ne me la prend. C’est moi qui la donne. Voici ce que Jésus, notre Seigneur disait. En homme libre qu’il était, la liberté faite chair, il proposait la libération et la communion, mais nous avons préféré le faire taire. Pour faire taire la Parole nouvelle, pleine d’autorité, nous avons employé la force du pouvoir.  Mais ton Esprit n’était pas de cet avis. Et il en a fait la source de la Vie, La Parole de libération par excellence, celui qui met les hommes et les femmes debout, nous libère et nous fait vivre. Que ce même Esprit fasse de ce pain et de ce vin les signes visibles de la présence parmi nous de Jésus, notre Christ, les signes de son corps et de son sang.
Nous faisons mémoire, nous célébrons le mémorial de Jésus, notre Christ et Seigneur : nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus nous célébrons ta résurrection, nous attendons dans la joie ton retour.
Notre communion n’est pas celle d’un instant, d’une matinée, d’une célébration. C’est une communion de vie, de toute la vie par l’Esprit.
La force de ton Esprit, Dieu notre Père, est avec nous comme promis. Que l’Esprit fasse de tous ceux qui partagent le repas du Seigneur un seul corps et un seul esprit, le Corps du Christ, l’Eglise de Dieu.
Une Eglise toujours prête à entendre et à écouter ta Parole, Jésus Christ.
Une Eglise inlassablement disposée à discerner sereinement, sans peur ni préjugés, la voix de tes témoins, inattendus, inconfortables, stimulants.
Une Eglise habitée par la liberté de ta parole, qui dévoile les esclavages de toute nature, et les chaînes de toute espèce, de tout ordre et de toute sorte.
Une Eglise habitée par la liberté de ta parole, témoin de la parole qui libère, fait respirer, donne de la joie  et l’envie de vivre.
Une Eglise habitée par Ta Parole de vie.

Jesus Asurmendi

 Envoi
Ite missa est ! Comme l’on disait autrefois. Ne croyez pas que cela signifie : la célébration est terminée, nous pouvons nous en aller. La missa, la messe, est une forme d’envoi en mission. Nous sommes donc tous envoyés : Allons maintenant, allons chaque jour, vers notre vie normale, vers nos lieux de vie familiale, d’activités professionnelles, politiques, associatives, artistiques, sportives ou autres et vivons là, avec tous les autres, de cette Parole qui rend libre et, ce faisant, nous la ferons vivre.

Hubert Lassus

 

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *