©fc

Pirates à l’horizon

Quoique n’étant pas navigatrice, je surfe régulièrement, non pas sur la vague mais sur le web. Comme la plupart d’entre nous, j’ai aussi ma boîte mail, différente de ma boîte noire, mais largement remplie de renseignements et informations nécessaires. Mélange de contacts privés et professionnels, tout le monde dans le même bain !

Mais la tempête est arrivée sans que je l’ai vue venir… J’ai été victime de piratage. Mes contacts ont immédiatement réagi, raz de marée de messages, sms ou autres appels téléphoniques. Les uns attentionnés : « Si tu ne vas pas bien, bien sûr tu peux compter sur moi », les autres : « tu signes cordialement, ça ne peut être toi ! », d’autres encore : « vous me dites tu, ce n’est pas vous ». Ah ! l’heureux mélange des relations qui se croisent sur la toile. La tempête une fois passée, je me suis dit : Ouf, je ne suis pas un robot ! Amis, parents, connaissances, professionnels, ils se sont manifestés. Nous avons renoué le contact « pour de vrai », comme disent les enfants. Dans ce monde hyper connecté, la parole s’est faite chair, elle est faite de multiples visages et d’attentions. La communauté humaine est bien vivante ! J’étais comme rassurée… Espérant que Dieu quand même ne se déconnecte jamais de son humanité… le monde !

Véronick Mathivet

Billet du dimanche 3 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *