À l'école. New Old Stock Photos (http://nos.twnsnd.co)

Plaidoyer pour l’accompagnement scolaire

L’accompagnement scolaire a pour but d’aider ceux qui n’ont ni parents instruits, ni les moyens de se faire payer un cours privé. Au CPHB, nous sommes quelques uns à le pratiquer au collège Sonia Delaunay dans le 19éme

Notre système éducatif valorise la filière qui achemine les bons élèves vers les plus hautes destinées et les autres, il les « oriente ». Aussi longtemps qu’un élève se maintient dans la bonne filière, la question de son orientation ne se pose pas, mais la succession des échecs nécessite des choix dans un éventail qui se referme. Pour les moins bons élèves, il reste les lycées professionnels où ils sont affectés en fonction des places disponibles, puis le décrochage pour ceux qui, ayant réalisé trop tard ce qui leur arrivait, ne le supportent pas.

 

école5

Pour garder leurs enfants dans la bonne filière, les parents instruits assurent eux-mêmes l’accompagnement nécessaire ou ils font appel à des organismes privés qu’ils rémunèrent. L’accompagnement scolaire a pour but d’aider ceux qui n’ont ni parents instruits, ni les moyens de se faire payer Acadomia.

Au CPHB, nous sommes quelques uns à le pratiquer au collège Sonia Delaunay dans le 19ème. Dans cet établissement qui accueille une majorité d’enfants d’origine immigrée, nous rencontrons à raison d’une ou deux séances par semaine un élève désigné par le Conseiller Principal d’Education (CPE). Nos interventions portent sur le suivi des cours et sur le travail à la maison. Il faut parfois aussi parler des choix d’orientation et accompagner aux journées ´portes ouvertes’ des lycées professionnels ceux qui, en 3è, doivent formuler des choix.

Il existe aussi l’AJE, une importante association (120 bénévoles) fonctionnant dans l’orbite des jésuites, qui met en œuvre un accompagnement à l’échelle du 20è arrondissement. L’inscription prend la forme d’un contrat entre l’élève et ses parents d’une part, le responsable de l’association de l’autre, contrat qui précise la demande de l’élève et les horaires des rendez-vous avec les bénévoles qui assurent l’accompagnement, lequel se passe actuellement dans une boutique de plein pied sur la rue Pelleport. La Ville de Paris est en train d’aménager pour les mettre la disposition de l’AJE[1].

Chaque année 120.000 jeunes terminent leur scolarité en situation d’échec, aussi le besoin d’accompagnement est-il considérable. Aussi bien le collège que l’AJE sont intéressés pour accueillir de nouveaux bénévoles.

 

[1] La Ville apporte son appui à d’autres associations qui remplissent la même fonction que l’AJE dans d’autres arrondissements.

Jacques Denantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *