« Plats d’existences » un livre pas comme les autres

Voici donc un des meilleurs livres de recettes, des plus originaux, des plus empreints d’humanité, que l’on puisse offrir et s’offrir ! « Plats d’existences ; 54 recettes, 18 diners, pour inviter le monde à sa table ». Outre quelques signatures bien connues de St Merry, cet ouvrage est riche du concours d’une trentaine de contributeurs de seize pays différents qui ont confectionné les plats, et souvent les boissons qui vont avec.

Envie de découvrir « Le Goût de l’Autre » ? Vous connaissez sans doute ces fameux dîners métissés imaginés par Nathalie Baschet, du Réseau Chrétien – Immigrés, chaque dernier jeudi du mois à la Mairie du 4e. Là même où depuis bientôt dix ans le « RCI » propose des cours hebdomadaires d’apprentissage du français. Ici, c’est plutôt l’inverse ! Le migrant nous enseigne et… régale. Si vous n’avez pas encore eu la chance d’aller à l’un des ces dîners, venez au moins en humer préalablement quelques fondamentaux élaborés par un chef du « pays », chaque fois différent. Bien plus, les portraits-témoignages des acteurs cuisiniers d’un soir sont un vrai plaisir, qui fait chaud au palais, surtout quand on devine l’itinéraire de nos amis.
couverture du livreVoici donc un des meilleurs livres de recettes, des plus originaux, des plus empreints d’humanité, que l’on puisse offrir et s’offrir ! « Plats d’existences ; 54 recettes, 18 diners, pour inviter le monde à sa table ». Outre quelques signatures bien connues de St Merry, cet ouvrage est riche du concours d’une trentaine de contributeurs de seize pays différents qui ont confectionné les plats, et souvent les boissons qui vont avec.
Le livre qui vient de sortir (éditions de l’Atelier, 25 €), permet de faire le tour du monde en 160 pages, d’une qualité de présentation impressionnante. Et ce sont autant d’invitations imagées à préparer soi-même le tajine de poisson de Latifa, le Beshbarmak de Mira, le poisson frit et les bananes plantain de Sidibé, le poulet Yassa de Kokoli ou le Rougail morue de Daphné, tout en faisant connaissance avec l’homme ou la femme qui l’a concocté « comme à la maison ».
Ces « Plats d’existence » bousculent peut-être les habitudes, mais à coup sûr enchantent le palais et le cœur. Une manière savoureuse de renouveler le credo quotidien du plaisir de manger « ensemble ».

Pour participer à un repas.

Tags from the story
, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *