Politique d’immigration. Quel changement ?

À l’approche des élections européennes, le regard du Réseau Chrétien Immigrés sur la politique d’immigration de la France et sur l’attitude vis-à-vis de la communauté Rom

Diaconia 2013 - Alleluia - LourdesAu lendemain des élections municipales et de la nomination d’un nouveau gouvernement, à l’approche des élections européennes, et surtout deux ans après l’élection présidentielle, le Réseau Chrétien Immigrés a porté un regard, forcément subjectif mais non partisan dans son intention, sur l’évolution de la politique d’immigration de la France. A partir de nos expériences de terrain (cours de français, dîners « Le Goût de l’Autre », permanence d’accueil des étrangers), que voyons-nous de changé, en bien ou en moins bien, d’identique, et qu’espérons nous ?

Ce qui d’emblée nous semble permanent – et ce n’est pas en soi un jugement de valeur mais un constat – c’est la manière de voir l’immigration, la façon de l’appréhender, d’en parler : il est toujours question de « contrôle des flux migratoires » (contrôle des frontières,  reconduite à la frontière…) et d’« intégration ». Exclusivement. Tant que la vision portée par les décideurs sur cette réalité incontournable ne changera pas, les lois continueront de contraindre des hommes et des femmes à vivre dans la clandestinité et la non-reconnaissance.

C’est justement parce que ce regard n’a pas profondément changé que les lois et la politique d’immigration de la France n’ont pas connu d’inflexion majeure depuis deux ans. C’est le sentiment que nous en avons ; deux données au moins confortent ce ressenti : le nombre de reconduites à la frontière a progressé, et on arrête toujours des parents et des enfants que l’on place en centre de rétention (pour ne citer que quelques points marquants)…  Certaines situations nous semblent même avoir régressé, notamment l’attitude vis-à-vis de la communauté Rom, mais aussi la condition de plus en plus difficile du travailleur isolé.

A l’inverse, des signes d’ouverture, qu’on peut trouver timides, sont à noter : le sort des étudiants en fin d’étude, des changements dans certains critères de régularisation, en particulier pour les familles avec des enfants  scolarisés,  et quelques autres possibilités de la circulaire de novembre 2012.

Ce que nous espérons ce sont des marques plus fortes de rupture avec les politiques menées jusqu’à présent : plus aucun enfant en centre de rétention par exemple, des familles qui ne soient plus séparées, et peut-être avant tout une façon apaisée, sereine, d’aborder ce point, ces questions, dans un grand rendez-vous citoyen, des assises de l’immigration ? Cela pourrait permettre de porter une autre politique, une autre dynamique devant cette question délicate, dans un élan auquel, à Lampedusa, le Pape François nous a invités, et face à un phénomène qui peut engendrer des peurs mais qui est une réalité du monde d’aujourd’hui.

Le Bureau du Réseau Chrétien Immigrés

NOUS CONTACTER

Le Réseau chrétien Immigrés s’emploie à développer ses actions – permanence juridique, cours de français, dîners interculturels « goût de l’autre » – et le cœur de ses orientations, à savoir la sensibilisation à l’accueil de l’étranger. Vous pouvez découvrir l’action du Réseau en consultant le site : http://reseau-chretien-immigres.org ou en envoyant un message à l’adresse : reseau-chretien-immigres@noos.fr

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *