« Pour les musulmans »… et pour nous tous !

Lors de sa dernière AG, la communauté de Saint Merry a choisi comme une de ses priorités le dialogue interreligieux. Une « nuit interreligieuse » est déjà envisagée.

Aussi ai-je lu le livre d’Edwy Plenel, Pour les musulmans. Livre écrit à partir d’une phrase : « Il y a un problème de l’islam en France » ; phrase prononcée par un « grand témoin » sur les ondes de la principale radio publique française… le lundi de Pentecôte 2014 !

Impossible ici de tenter de résumer ce petit livre dense, décryptant des discours simplificateurs, porteurs de préjugés qui engendrent peurs, comportements racistes et exclusions. Je me risque toutefois à en extraire trois idées :

1) « La banalisation des discours et des actes antimusulmans… est une défaite de la pensée. » Ces discours utilisent une argumentation comparable à la rhétorique antisémite du temps de l’Affaire Dreyfus…!

2) « L’agitation de la question religieuse est une diversion des questions démocratiques et sociales. »

3) « Ce que nous croyons séparément importe moins que ce que nous faisons ensemble, nos actions… nos solidarités. »

Ce livre, Pour les musulmans, est une variation tonique sur un même thème, celui de la fraternité universelle, thème introduit voici 2000 ans par un certain Paul de Tarse dans son épître aux Galates : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec ; il n’y a plus ni esclave ni homme libre ; il n’y a plus l’homme et la femme ; car tous, vous n’êtes qu’un en Jésus-Christ. »

Jean-Marc Noirot