Le muguet du 1er mai

Premier mai

« Dans Arles, ce printemps, tous les abris bus de la ville sont agrémentés d’une longue déclaration d’amour, » Jean Verrier poursuit son récit...

« Dans Arles, ce printemps, tous les abris bus de la ville sont agrémentés d’une longue déclaration d’amour, » Jean Verrier poursuit son récit sur la ville, ses concerts, ses cafés, et le premier mai.

 lundi 27 avril. Dans Arles, ce printemps, tous les abris bus de la ville sont agrémentés d’une longue déclaration d’amour du célèbre couturier-styliste Christian Lacroix à sa ville natale. 27.04.

Les beaux caractères blancs inscrits sur une grande plaque translucide s’effacent par endroits quand on se déplace si bien qu’on ne peut jamais en accrocher que quelques bribes et c’est comme si l’on déchiffrait un texte ancien sur de vieilles pierres : «Le patrimoine……….là où nous naissons, marchons ………. À Arles les yeux possèdent …………. (parapets rugueux, marbres lisses, ferronneries rafraîchissantes), se « respire » (l’air de la mer et de la Camargue au-dessus du Rhône, les figuiers de la canicule, l’humidité des palais obscurs)…………..Arles est populaire et impériale, rustique et artistique, chrétienne et païenne, modeste et orgueilleuse, classique et traditionnelle, brusque et baroque, austère, échevelée……. »

Sur la place de la République
Sur la place de la République

mardi 28 avril. Traverser Arles à pied depuis notre quartier de la Roquette jusqu’au boulevard Émile Combes, au bas de la Major, ne prend pas plus de vingt minutes. On peut alors marquer une pause au café de La Civette. Le serveur est un homme de forte taille, épaules carrées,  thorax bombé sous un T-shirt noir, mains comme des battoirs. Il nous dit qu’il est à l’essai dans ce café et il s’inquiète de la disposition de la théière par rapport à la tasse. Il a placé sur le bord de la soucoupe, dans un petit sachet, une amande enrobée de chocolat et il précise avec un sourire : « Une douceur, dans un monde de brute ».

 

La Rotonde
La Rotonde

 

jeudi 30 avril. Encore un concert de l’Association de musique baroque Sarabande au Temple protestant du Boulevard des Lices qu’on appelle encore « la Rotonde». Le cœur du bâtiment est en effet un bel édifice circulaire néo-classique aux pierres dorées, construit en 1791. Ce fut à l’origine un « club » d’Arlésiens où se donnèrent bals et concerts, qui fut racheté en 1860 par une  souscription lancée dans toute la France réformée.

La claveciniste
La claveciniste

L’affiche et le titre du concert de ce soir : « Confidences des oiseaux », n’ont rien de puritain. J’ai surtout remarqué un solo de la claveciniste Anna Paradiso qui a merveilleusement illustré le thème de la soirée avec un morceau de Jean-Philippe Rameau, et ses improvisations qui accompagnaient le brillantissime flûtiste suédois de renommée internationale Dan Laurin. Contrairement aux apparences, mon voisin, assis un peu à l’écart, ne dormait pas, il était à chaque pause le premier à ouvrir le feu des applaudissements.

 Mon voisin ne dormait pas

vendredi 1er mai. Fête du muguet, fête des travailleurs, fête des gardians, et, cette année, 700ème anniversaire de la confrérie des Saintes-Maries-de-la mer ! Rendez-vous Place de la République à 10h30 pour entendre les discours des responsables de la CGT et de la FSU  qui occupent les marches de la chapelle Sainte-Anne. On dénonce l’austérité, le plan Macron, la loi sur les renseignements, ensuite tout le monde est invité à défiler sur les boulevards. Mais je file vers la place de la Major où, à 10h30 également, a commencé la messe des gardians. Impossible d’entrer dans l’église qui est déjà bondée. Dehors environ 150 cavaliers, trident au pied, Arlésienne en croupe, suivent l’homélie retransmise par hauts parleurs en provençal et en français.

 Devant la Major
Devant la Major

Le célébrant rapproche l’équipée marine des Saintes fuyant la Palestine au 1er siècle et celle des migrants qui tentent aujourd’hui de traverser la Méditerranée.

Il souligne la qualité de l’accueil  qui leur fut fait, peut-être en la personne de Sara, la sainte des gitans, dont certaines versions de la légende font une égyptienne au service des deux (ou trois) Marie, mais que d’autres imaginent autochtone. Puis cavaliers, piétons, familles entières en costume, jupes longues aux étonnantes couleurs, rubans brodés sur le haut du chignon, certaines poussant de beaux bambins dans de vieux landaus à hautes roues, tout ce monde est descendu occuper la Place de la République désertée par les militants syndicalistes pour offrir le pain bénit aux autorités de la ville, Hervé Schiavetti, Maire d’Arles (PC) en tête.

1er mai 7.1er mai.8.DSC00995

Les syndicalistes
Les syndicalistes

1er mai.9.
1er mai.5.DSC00960

dimanche 3 mai. Nous sommes allés en fin d’après-midi participer à la Cène avec la communauté protestante de Pomeyrol, à vingt minutes d’Arles en voiture. À  l’entrée du village de Saint-Étienne du Grès, au bas du versant Nord des Alpilles, on trouve un beau château du 18ème siècle et, juste de l’autre côté de la route, la Communauté de Pomeyrol composée d’une petite dizaine de  moniales qui vivent dans de modestes bâtiments au milieu des pins. Le château a été acquis par l’Association des pasteurs de France en 1935, aujourd’hui il accueille des jeunes en difficulté. En septembre 1940, à l’initiative, entre autres, de la Cimade, avaient eu lieu des rencontres au cours desquelles furent rédigées les 8 thèses de Pomeyrol où il est reconnu « comme une nécessité spirituelle la Résistance à toute influence totalitaire et idolâtre. » On  y a accueilli des rescapés du camp des Mille, près d’Aix en Provence, et des enfants juifs, et, après la guerre, des enfants abandonnés. La religieuse qui nous accueille dit que Pomeyrol  n’est pas une organisation mais un organisme vivant fait de relations. La cérémonie est simple, beaucoup de chants à plusieurs voix, on partage le pain et le vin. C’est différent de Saint-Merry et cependant on se sent en famille.

le château de Pomeyrol
le château de Pomeyrol
 La chapelle de la Communauté
La chapelle de la Communauté

Jean Verrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *