Première Marche de l’Hospitalité Réciproque

« J'ai vécu cette marche comme un voyage initiatique » : confie Hajar, l'une des six personnes qui se sont lancées dans un pèlerinage interreligieux, sur la côte nord de la Bretagne. Du 24 au 28 juillet, ils sont trois chrétiens et trois musulmans en quête de sens et de fraternité à marcher vers le village de Vieux-Marché, où chaque année un pardon islamo-chrétien honore le miracle des Sept Dormants d’Éphèse, récit repris dans la sourate 18, « la caverne », dans le Coran.

Un évènement citoyen, spirituel, intergénérationnel, fraternel et joyeux.

Pourquoi cette Marche de l’Hospitalité Réciproque ? Dans notre société plurielle, Les six pèlerins sont  convaincus que les principes de liberté, d’égalité, de fraternité inspirés des diverses traditions philosophiques et religieuses sont un bon levier pour que le respect de la dignité de toute personne devienne effectif et pour qu’advienne un monde de justice et de paix. Forts de cette conviction, ils ont choisi d’entreprendre une Marche pour aller plus loin dans la pratique du dialogue interreligieux, vivre au quotidien des rencontres qui aident à dissoudre clichés et préjugés, sources de peurs voire de haine. « Nous nous sommes rencontrés dans le cadre des Ateliers-Itinéraires spirituels animés par Khaled Roumo, poète et écrivain musulman franco-syrien – raconte Jean-Marc Noirot, initiateur de cette première Marche de l’hospitalité réciproque – cette marche pour mieux connaître les singularités de chacun, dans le respect des convictions et croyances, tout prosélytisme étant exclu, nous a apporté beaucoup de joie ». Corinne s’étonne encore : « Nous ne nous connaissions pas et j’ai été heureusement surprise en effet, dès la première journée, des discussions spirituelles profondes et des gestes bienveillants qui m’ont rappelé ce que je vis dans ma communauté de laïcs franciscains. »

« Temps spirituels » individuels et collectifs

Un autre objectif de cette Marche de l’hospitalité réciproque : faire chaque jour un acte de foi en la dignité et la valeur de toute personne. Les journées de ce pèlerinage ont été rythmées par des partages sur nos itinéraires spirituels respectifs dans une écoute sans jugement, par des rencontres diverses chez des particuliers ou des institutions ainsi que par des « temps spirituels » individuels et collectifs. Le « carnet de route » a permis de découvrir ou d’approfondir la vie et la pensée de mystiques et de pionniers de rencontres inter-religieuses tels Ibn Arabi, Rûmî, François d’Assise, Maître Eckart, Abd el-Kader, Charles de Foucauld, Massignon…

Quête intérieure, au-delà des rites…

« L’amour est ma religion et ma foi », insiste Oumel. « Il y a deux ans, dit Anis, j’ai décidé de faire une parenthèse dans ma vie pour entamer une quête intérieure et aller au-delà des rites musulmans, qui ne répondaient pas à mon besoin intérieur. J’ai découvert Rûmî et Ibn Arabi. Ces deux grandes figures de l’Islam m’ont ouvert les portes des différentes religions.  « L’unicité de l’être » d’Ibn Arabi m’a transformé, et m’a permis de me libérer de mes certitudes, pour me tourner vers la sincérité, l’amour et la vérité. »

Pour l’année prochaine, les six pèlerins-marcheurs ont la ferme intention, avec d’autres, de renouveler cette expérience enrichissante et joyeuse. La Marche de l’Hospitalité Réciproque partira alors d’un autre lieu, également à forte charge symbolique, le Mémorial de l’esclavage de Nantes le 18 juillet pour rejoindre les Sept-Saints Le Vieux Marché pour les 25-26 juillet 2020.

Anis, Corinne, Hajar, Jean-Marc, Matthieu et Oumel.

Contact : forumartisansjusticepaix@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.