Prenons soin de la création

Peut-être donnera-t-il
du fruit à l’avenir.

Dimanche 7 octobre 2018
Les textes sont choisis pour la journée de la création.
Ces textes sont différents de ceux du calendrier liturgique.
Osée 4, 1-3
Luc 13, 6-9

Accueil

Engagés dans l’art tout au long de l’année et participant à la Nuit Blanche , le Centre pastoral est heureux de vous accueillir ce matin autour des arbres et de l’installation de Daniel Van de Velde.
Les célébrations du dimanche débutent chaque semaine lors de la réunion de préparation, ouverte à tous, souvent le lundi soir.  Lundi nous étions plus d’une dizaine réunis pour la préparation autour du thème de la création.  Les textes du jour ne nous ont pas paru adaptés à celui de la fête de la création à laquelle le pape François nous invite chaque année début octobre. Aussi allons-nous vous lire et partager d autres textes. L encyclique du pape François,  Laudato si nous exhorte à célébrer et prendre son soin de notre terre. C est ce quoi notre célébration vous invite.
Pour les nouveaux qui le souhaitent, je serai disponible  pour discuter, échanger en fin de célébration sur ce carré.

Nathalie

Commentaire

Prenons soin de la Création. La terre, les eaux, le ciel, les arbres à fruit du 3e jour de la Genèse, les animaux, les femmes et les hommes.
Prenons soin de la Création. La Terre, notre maison commune est aussi comme une sœur, avec laquelle  nous partageons l’existence et comme une mère qui nous accueille et nous soutient à bras ouverts, souligne dès ses premières lignes l’Encyclique « Laudate Si » du Pape François.
Prenons soin de la Création. Et pourtant ? Les textes que nous avons choisis pour célébrer la Création résonnent comme un cri, une colère ou bien encore une froide exploitation, un rendement attendu – et cela s’applique à la Terre comme aux Hommes et aux Femmes.
Osée exprime la colère de Dieu contre l’obstination des hommes à déborder de violence entre eux, mais aussi à détruire le Vivant… Et nous aujourd’hui ?
Luc, dans la parabole du figuier stérile, rapporte l’échange entre un propriétaire et son serviteur, un maître et un vigneron. Dieu, Jésus, le peuple d’Israël ou bien tous les hommes, je ne chercherai pas ici qui est qui. Je m’arrêterai sur la radicalité du verset 7 : « Coupe-le. A quoi bon épuiser le sol. Faut-il couper tout ce qui ne donne pas de fruit dans les délais attendus ? Tout ce qui ne croît pas assez vite ?Rendement, productivité, retour sur investissement… Rapport à la Terre, rapport aux hommes, rapports entre la Terre et les hommes. Avoir ou prendre conscience du soin que nous devons porter les uns aux autres, frères et sœurs, pères et mères, ensemble du Vivant, Création.
Espérance du vigneron au verset 8 qui veut aller à la racine, en profondeur ou bien autour du figuier, qui bêche avec délicatesse, nourrit et prend soin sans perdre confiance, en laissant du temps pour croître avec un rythme plus lent peut-être… Changement d’attitude et d’état d’esprit du maître au verset 9 ? Pour une année de plus au moins… pour donner du temps et ne pas aller à l’irréversible destruction du Vivant ?

Alain

Prière universelle

Seigneur Dieu le Père, nous te prions pour que nous ayons la force de mettre nos actes en accord avec nos pensées, que par nos choix de vie nous protégions la vie et la beauté, il y a urgence.
Seigneur Dieu le Père, nous te prions pour que nous ayons l’intelligence d’aider, de pousser, de convaincre nos dirigeants d’agir pour le bien commun, de promouvoir les faibles, de prendre soin du monde où nous habitons, il y a urgence.
Seigneur Dieu le Père, nous te prions pour ceux qui souffrent des catastrophes naturelles, aujourd’hui en particulier pour les habitants d’île Indonésienne des Célèbres et de Haïti. Aucun n’est oublié de toi, montre-nous notre place, comme instruments de ton affection, il y a urgence.

Prière à la manière d’une prière eucharistique

Dieu notre Père à tous. Nous voici réunis pour célébrer la mort et la résurrection de ton Fils, notre Seigneur Jésus. Et aujourd’hui fêter à cette occasion la création. En effet, nous célébrons aujourd’hui la création, TA création. Ou si tu préfères, la nature, le ciel, la terre, les eaux la lumière les arbres, les animaux de toutes sortes dont nous faisons partie. Fêter, cela veut dire reconnaître sa beauté, sa grandeur, son intérêt, sa fragilité. Et cela veut dire, pour nous, reconnaître que l’origine de toutes ces merveilles n’est autre que toi. Un Dieu grand, généreux, miséricordieux patient et réactif. Comment ne pas reconnaître tout cela et, en conséquence te rendre grâce, c’est-à-dire, te remercier pour tant de beauté et de bonté. Car tout cela tu l’as mis en grande partie dans nos mains. Tu nous as fait comptables, et donc responsable. Oui. Nous devons prendre soin de ta création. Pour cette responsabilité partagée que tu nous as offerte nous te remercions.

1- Loué sois-tu, mon Seigneur,

pour notre sœur et mère la Terre

qui nous porte et nous nourrit

qui produit la diversité des fruits

avec les fleurs, les herbes…et les arbres…

2- Loué sois-tu,

pour la Joie et l’Émerveillement

que nous donne la Beauté de ta Création

-sous toutes ses manifestations-

en particulier avec les œuvres  des artistes créateurs

qui ont fait germer, ici à Saint Merry,

un regard neuf, graine d’un Monde Nouveau…

Cette Beauté nous apprend à aimer

3- Loué sois-tu,

pour la Force et le Courage

des personnes qui se lèvent

 pour défendre et prendre soin de ta Création

-sous toutes ses manifestations –

en particulier pour restaurer la dignité

des femmes blessées, meurtries, confrontées à la violence

avec aujourd’hui Nadia Mourad et Dénis Mukweje,

prix Nobel de la Paix

Sophie

Comme sommet de tes dons nous reconnaissons toujours et encore Jésus, ton Fils, notre Seigneur. L’hommes des paraboles et des mots tranchants, l’homme accueillant et relevant ceux qui sont tombés, comme ces arbres qui partagent avec nous cette eucharistie. Pour ta création, pour ton Fils, notre Seigneur nous te louons et nous te chantons.
Ton Fils Jésus, notre Seigneur il a bien connu la terre. Il a été planté, cloué entre terre et ciel. Et ce qui devait être sa fin, le point de non- retour, est devenue le commencement, le démarrage, point de départ. Non pas d’une nouvelle création mais d’une création nouvelle. Car, en effet, depuis lors rien n’est comme avant. Et tout cela grâce à ton Esprit. Cet Esprit de Dieu, qui, au commencement de la création, planait à la surface des eaux. Le même qui ressuscita notre Seigneur Jésus, ton Fils. Que ce même Esprit, à l’histoire si longue face de ce pain et ce vin, fruit précieux et humbles de ta création, les signes du corps et du sang de notre Seigneur. C’est l’évidence même pour nous de célébrer son mémorial, tel qu’il nous l’a demandé. Le mémorial de sa vie, de sa mort et de sa résurrection. ET en conséquence nous attendons dans la joie son retour. Face à la responsabilité que tu nous as partagée avec nous par rapport à la création, nous ne pouvons pas rester les bras croisés en attendant venir. Et, comme décidément, nous ne pouvons pas nous passer de ta force vitale, de ton esprit, qu’il vienne sur nous, su la communauté sur tous ceux qui partagent le repas du Seigneur de telle sorte que nous devenions un seul corps et un seul esprit. De telle sorte que ton Église soit un puissant centre d’irradiation non pas nucléaire, mais un foyer d’irradiation d’écologie intégrale pour qu’ainsi il n’y ait plus de tromperies ni d’imprécations, assassinats, vols et autres adultères de telle sorte que la terre ne soit pas désolée et ne disparaissent ni les bêtes des champs, ni les oiseaux du ciel ni les poissons de la mer, ni les habitants de la terre. Mais que partout règne l’harmonie, la paix et le respect.

Jesús

Présentation de l’œuvre de Daniel Van de Velde
durant la célébration du dimanche 7 octobre 2018.

 « Danse avec les arbres » est une œuvre colorée et poétique, fondée sur la matière issue de la nature, le bois, et sur les vides créés par l’artiste. Durant la Nuit Blanche, l’éclairage a généré des ombres magiques décuplant l’émotion. La performance musicale à l’accordéon a amplifié la force des sculptures.

 Daniel Van de Velde a transfiguré quinze troncs tombés au sol, mais non abattus de la main de l’homme, en trois actes de création :
–       La coupe de segments d’arbre, creusés et délivrés de l’inertie de leur matière centrale, de leur passé, en ne gardant que les derniers cernes de leur récente jeunesse,
–       L’assemblage sous forme de fûts, tels qu’ils étaient auparavant, avec leurs blessures, chacun gardant sa singularité,
–       La mise en espace par accrochage ou par pose sur le sol, en une immense sculpture emplissant Saint-Merry.

 Tous concourent à une même orientation : une élévation vers le chœur et la gloire dorée.Ils permettent de voir l’église autrement, car l’artiste-poète a su dialoguer avec l’architecture.

 

Explorer le sens de « Danse avec les arbres » et voir la courte vidéo de la Nuit Blanche, sur Voir et Dire

Découvrir le dossier illustré « L’art contemporain et l’arbre » réalisé à l’occasion de cette Nuit Blanche

Michel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *